Qu’est-ce-que la Révolution Culturelle chinoise ?


Pour changer un peu de la poésie et des réflexions philosophiques, on revient sur l’une des étapes marquantes de l’histoire de Chine : la Révolution Culturelle.

L’empire Chinois, depuis sa création, a dû faire face à de nombreux événements. De l’évolution de sa mentalité jusqu’à la construction de sa société actuelle, la Chine a traversé de nombreuses guerres et de nombreuses périodes de troubles. L’une d’entre elles a été la Révolution Culturelle. Qualifiée de « catastrophe nationale », elle restera ancrée dans la mémoire de l’Empire de Milieu. Ainsi, comment une manifestation d’une telle violence a t-elle pu prendre place en Chine, et quelles en ont été les conséquences sur sa population ?

I- Causes et déroulement de la révolution culturelle

A – Un héritage du passé et un pouvoir affaibli.

B – Les supports de la Révolution Culturelle

C – Par qui et contre qui ?

II – Conséquences de la Révolution Culturelle

I – Causes et déroulement de la Révolution Culturelle

A – Un héritage du passé et un pouvoir affaibli.

La révolution culturelle a lieu après le Grand Bond en avant (1958-1960). Pendant cette période, Mao a lancé une politique économique qui était une nouvelle orientation politique. Elle visait à rééquilibrer la société chinoise et à rattraper les pays occidentaux essentiellement au niveau industriel grâce à la masse démographique de la Chine. Ceci avait pour but de montrer la puissance de la Chine au monde. Le résultat de cette politique qui avait beaucoup d’espoir a été une baisse considérable de la production entraînant une famine et environ 20 millions de morts.

De plus, les jeunes diplômés se retrouvent au chômage. Par la suite, Mao perd son statut de président de la République Populaire de Chine et est remplacé par Liu Shaoqi qui sera son principal opposant politique par la suite. Suite à cet échec du Grand Bond en avant, Liu Shaoqi modifie le programme économique du pays. Il y a donc de nombreuses tensions au sein du Parti communiste, ce qui donne à Mao l’idée de lancer la Révolution culturelle en 1966, l’année du 17ème anniversaire de la République Populaire de Chine. A l’époque, Deng Xiaoping est secrétaire général du Parti communiste.

Après l’échec du Grand Bond en Avant Mao Ze Dong est écarté du pouvoir et est remplacé par un nouveau dirigeant : Liu ShaoQi. Cependant, Mao ne parvient pas à accepter cet échec, selon lui, il n’est pas responsable des conséquences et c’est en réalité le manque de collaboration du peuple qui a provoqué un tel désastre. Pourtant, les responsables politiques du parti ne sont pas de cet avis et affirmeront que Mao Ze Dong a perdu de sa prestance et de sa crédibilité en refusant d’évoluer. De plus, à la suite de cet échec, de nouveaux courants de pensée vont faire leur apparition. En effet, un groupe composé principalement d’intellectuels, de cadres, d’artistes et de responsables politiques même communistes va remettre en cause la politique de Mao.

Mao Ze Dong ne pouvant admettre de perdre du pouvoir, de ne plus maîtriser les opinions politiques du peuple et de voir éclore des tendances révisionnistes au sein du parti va relancer la Révolution Culturelle qu’il avait déjà plus ou moins mise en place à travers son culte de la personnalité, la terreur et la propagande qui étaient omniprésents en Chine. Ainsi, dès 1962, grâce à ses alliances préalablement établies et son prestige tout de même reconnu, Mao Ze Dong parvient à relancer la Révolution Culturelle qui prendra place entre 1966 et 1976. Le principal objectif de la Révolution Culturelle était alors de reconquérir l’opinion publique, de réitérer le monopole de l’idéologie communiste et de reconquérir le pouvoir par Mao. Pour ce faire, il a fallu à Mao l’utilisation de plusieurs supports et de plusieurs événements principaux.

B – Les supports de la Révolution Culturelle

Afin d’assouvir son désir de pouvoir, Mao Ze Dong, à travers la Révolution Culturelle, a dû faire appel à plusieurs supports et plusieurs techniques pour relancer son idéologie. Tout d’abord, dès que lors que l’échec du Grand Bond en Avant s’est fait ressentir, Mao a tout de suite accusé les cadres de villages d’avoir exploité les paysans et de les avoir donc conduit dans une situation désastreuse. Ainsi, il s’agissait pour les paysans de témoigner et de fournir des preuves de ces maltraitances afin de pouvoir arrêter et inculper ces cadres qui étaient pour la majorité des révisionnistes. On parle alors de meetings de lutte et c’est une des premières mesures que Mao prendra pour lancer cette Révolution Culturelle.

Puis, un des supports les plus importants de cette Révolution Culturelle, Le Petit Livre Rouge, a fait son apparition. Il s’agit d’un recueil de citations de Mao Ze Dong et de ses idéologies. Ce livre est donc utilisé par Liu Biao, le chef de l’armée, afin de répandre la pensée maoïste. Mais il est également utilisé par Mao Ze Dong pour répandre sa pensée et créer un endoctrinement du peuple qui devra suivre ces préceptes. Le Petit Livre Rouge de Mao Ze Dong sera rendu obligatoire dans les écoles, sur les lieux de travail : tout le monde devra en posséder un exemplaire, son étude sera réalisée pendant les heures de travail, ou à l’école et permettra de renforcer le pouvoir et l’influence de Mao Ze Dong sur le peuple chinois. Mao se fera appeler Le Grand Timonier et maintiendra son culte de la personnalité et la propagande et correspondra pour la plupart des chinois, à la figure de l’empereur. Enfin, la Révolution Culturelle passe aussi par la critique. En effet, Mao Ze Dong critique sans relâche les milieux intellectuels et universitaires dans la Presse.

Cela a permis de transmettre au peuple l’idée selon laquelle les fonctionnaires étaient déviants et ne respectaient pas l’idéologie maoïste et communiste. Un des principaux supports de cette révolution culturelle fut notamment la dazibao. A cette période, les dazibao étaient très nombreuses : il s’agissait d’affiches révolutionnaires étant très critiques envers le gouvernement qui était en place et qui étaient placardées, illégalement, sur tous les murs dans les villes. L’objectif de ces affiches était de faire réagir le peuple et de le convaincre que la politique de Mao Ze Dong était préférable à l’actuelle. Pourtant, malgré l’omniprésence de ces affiches, c’est celle de Nie Yuanzi, une universitaire chinoise ayant enseigné la philosophie qui a marqué les esprits. Placardé sur le mur de l’Université de Pékin, elle l’accusait d’être contrôlée par la Bourgeoisie. C’est donc un des éléments déclencheurs qui a poussé de nombreux étudiants à rejoindre le mouvement de Mao Ze Dong.

C – Par qui et contre qui ?

Mais qui ont été les acteurs de cette Révolution et contre qui se sont-ils dressés ? Tout d’abord, c’est sous la direction de Lin Biao que vont se créer les principales ligues autour de Mao Ze Dong. En effet, il va créer les premières organisations de Gardes Rouges : il s’agit de jeunes étudiants, de collégiens chinois, âgés entre 15 et 20 ans qui vont se rassembler autour de ses organisations et manifester à la gloire de Mao Ze Dong et qui vont défendre ses idées quoi qui leur en coûte. Ainsi, en 1966, entre juillet et août, ce sont plus de dix millions de jeunes chinois qui rejoignent ses armées de Gardes Rouges et qui manifestent pour défendre les intérêts de Mao.

De plus, Lin Biao dirigeait l’armée ce qui lui permettait de soutenir les étudiants par le biais de l’Armée de la Libération Nationale. Les étudiants embrigadés sont donc ainsi amenés à détruire ce que Mao appelle les Quatre Vieilleries : « Les idées, la culture, la coutume et les habitudes ». Suite à ça, les étudiants vont se lancer dans la reconquête du pays. La cible que doivent atteindre les étudiants est simple, il s’agit des intellectuels, des fonctionnaires, des responsables politiques jugés pas assez communistes comme Deng Xiao Ping et même le président, ou encore les artistes. Ces personnalités sont poursuivies par les étudiants, battus à mort ou humiliés en place publique.

Leurs maisons sont complètement ravagées : les étudiants ont pour missions de détruire tous les objets culturels pouvant être aperçus ce qui conduit à un véritable carnage. Certains chinois attaqués préfèrent détruire eux mêmes leurs objets de peur de se faire attaquer. De plus, tous les fonctionnaires sont exclus de leurs bureaux par les étudiants et remplacés par des jeunes sans expérience : l’objectif étant de mettre fin à la bureaucratie. Cela va donc conduire à l’anarchie la plus totale : sans fonctionnaire, l’Etat est laissé à la dérive. Pour se défendre, l’Etat crée des groupes opposés aux Gardes Rouges mais cela manque de dériver en guerre civile suite aux affrontements entre tous les différents groupes. En 1967, le pays est complètement retourné : les Gardes Rouges s’en prennent même à l’armée pour la purger des éléments capitalistes, certaines régions sont prêtes à rentrer en sécession, on assiste à des grèves de production et les guerres de rues sont très nombreuses.

C’est seulement lors de la Grande Mutinerie de Wu Han que Mao Ze Dong se rend réellement compte de l’ampleur des événements. Ainsi, il fait appel à l’armée qui est la seule à pouvoir maîtriser toute la force étudiante : elle va donc démobiliser la force étudiante et forcer le retour de millions d’étudiants à la campagne de manière à être conditionnés. Ce n’est qu’en 1969, lors du IXème Congrès du PCC Chinois que la Révolution Culturelle est déclarée officiellement terminée. Pourtant, il faut retenir qu’elle subsistera jusqu’à la mort de Mao, de manière beaucoup plus modérée, en 1976. On considère que la Révolution Culturelle se termine lors d’une nouvelle manifestation en 1976, qualifiée du Premier TianAnMen, qui sera réprimée par le gouvernement mais qui conduira à la destitution de Deng Xiao Ping, le chef du parti.

II – Conséquences de la Révolution Culturelle

Dans un premier temps, il est important de savoir que cette révolution a conduit à la remise en cause de toutes les valeurs au sein de la société chinoise. En effet, on assiste à un bouleversement des codes de cette société avec l’ensemble des intellectuels persécutés, la destruction de monuments historiques ainsi que l’installation d’une extrême violence. Des millions d’intellectuels, appelés 知轻 ( c’est-à-dire jeunes possédant des connaissances ) sont envoyés dans les campagnes pour y être rééduqués par les paysans pauvres.

Durant cette période, la répression est telle qu’un mouvement de résistance se forme. Ainsi, des échanges de livres se font mais on voit aussi l’apparition de chansons nostalgiques. Un réel développement d’une culturelle parallèle et clandestine se met alors en place.

Les conséquences de cette révolution sont immenses. Les coûts payés par cette génération de chinois sacrifiés sont très lourds. Ils se voient contraint d’arrêter leurs études, subissent l’éloignement familial mais aussi l’objet de souffrances morales et physiques multiples. Toutes les familles chinoises sont touchées. De nombreux couples sont séparés, des enfants sont éloignés… Rares sont les familles qui ne subissent pas cette révolution culturelle.

Les pertes humaines sous la Révolution culturelle sont colossales pour la Chine. On parle d’1 à 4M de morts et plus de 100M de personnes maltraitées, martyrisées ou encore humiliées soit 1 chinois sur 8 ( 1 adulte sur 2 ).

Plusieurs réformes économiques sont prises suite aux conséquences de cette Révolution notamment celle de la collectivisation des terres. En effet, les terres sont rendues aux paysans mais restent néanmoins une priorité de l’Etat. Dès 1979, la province du Sichuan voit les entreprises retrouver une certaine autonomie. De plus, les déplacements de population sont facilités ce qui conduit à une urbanisation relativement rapide du territoire.

Sur le plan politique, l’épisode de la Révolution culturelle mène à la disparation de l’idéal maoïste car la population voit ses espoirs se dissiper.Si cet événement a marqué l’histoire du pays aujourd’hui, en Chine personne n’évoque le sujet. En effet, il fait partie de ceux dont on ne parle jamais car considéré comme tabou. Malgré le grave événement qu’à constituer la Révolution culturelle menée par Mao, ce dernier reste, dans l’esprit des chinois, le père fondateur de la Chine moderne.

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s