LaLa(Land)… Jusqu’au bout de nos rêves?


Analyses et réflexions autour du Film LaLaLand (Janvier 2017)

Los Angeles, la ville où tous les rêves deviennent possibles… Mia, une serveuse qui rêve de devenir actrice et Sébastien, un pianiste qui veut ouvrir son propre club. Une rencontre, deux personnalités différentes et des rêves qui s’entrechoquent…

Vidéo à voir pour s’imprégner de l’ambiance du film. City of Stars // Les cycles de la vie qui se répètent ?

Une mise en scène spéciale

La première chose qui m’a intriguée dès l’ouverture du film était l’impression qu’il y avait un « film dans un film » Vous savez, comme les poupées russes qui s’emboîtent ? Comme si on avait un aperçu sur la vie des deux personnages mais qu’en même temps, il y avait un certain recul sur l’action en cours. -Une critique de la « société du spectacle dans laquelle nous jouons tous un rôle? » – Je pense que c’est l’effet de la comédie musicale. Les musiques sont magnifiques et apportent une touche d’émotions authentiques que l’on ressent durant tout le film. La simplicité des acteurs -Emma n’est pas maquillée comme un pot de peinture par exemple- ne fait que mettre en valeur le parcours respectif et plutôt réaliste, de deux personnes qui se cherchent elles-mêmes et veulent réaliser leurs rêves.

Un destin fataliste ? Non merci !

Je crois que le succès du film s’explique en partie car chacun de nous peut s’identifier aux personnages. Il ne s’agit pas d’un film qui vend du rêve à la « Americain Dream » où il suffit d’un coup d’argent et de baguette magique pour tournoyer sous la gloire et crouler sous la célébrité. On voit Mia et Sébastien qui triment, qui trinquent, qui craquent -vive le pathos, on souffre tous de quelque chose à échelle variable merci bien !- mais qui continuent tout de même. L’histoire est une réflexion sur le cheminement personnel dans la vie. Nous avons tous des aspirations, des rêves qui nous sont chers. Mais les aléas de la vie, le contexte, font qu’on n’a pas toujours les moyens et l’occasion d’aller jusqu’au bout – et même parfois de commencer !

Mais comme l’a dit Mia « I will be here by choice » « Je serais là selon mon choix » Je choisis là où je veux aller même si le chemin est incertain. Ce qui est significatif aussi lorsqu’elle choisi « d’écrire sa propre histoire » via son #WomanShow.

Avant je pensais qu’avancer sans savoir spécifiquement où on allait était dangereux et qu’il fallait donc rester dans sa zone de confort. J’ai appris qu’au contraire, il faut avancer à son propre rythme et le chemin deviendra plus clair avec le temps. –En espérant ! We have to made our history ! #NeverGiveUpFor Your Dreams

Romantisme et amour

L’autre sujet phare abordé par le film est l’amour. En allant voir le film, j’étais assez sceptique car je m’attendais à un énième film guimauve où tout semble couler de source, aller bien et se finir en beauté et heureusement pour moi, c’était bien différent 🙂

La rencontre entre les deux personnages principaux se fait de manière naturelle et il n’y a rien « d’extraordinaire » qui se passe. De quoi démystifier « l’Amour » Au premier abord, ils ne semblent même pas s’apprécier spécialement. Et même par là suite de l’histoire, ils continuent à se taquiner. A un moment Seb dit même « Me romantic ? Its a big word ! » « Moi romantique ? C’est un bien grand mot. » Même s’il n’aime pas être perçu comme « romantique » – pourquoi ? Serait-ce une faiblesse pour un homme ? – Seb n’est pas dénué de sentiments et d’émotions pour autant.

Le langage de l’amour. « Fly in my stars » « Love Open us the doors and worlds »

Dès leur rencontre on prend conscience de la compatibilité des deux personnages. Ils se sont rencontrés au moment même où non seulement ils étaient prêts à accueillir quelqu’un dans leur monde. Mais aussi au moment où ils en avaient besoin. Mia voit en Seb un soutien rassurant qui lui donne confiance en elle – et donc optimiser son talent d’actrice. De même que Seb voit sûrement en Mia une source d’inspiration et de motivation pour sortir de sa zone de confort cf rejoindre le groupe de Jazz.

Cependant, rejoindre le groupe devait être provisoire, le temps de mettre suffisamment de côté pour ouvrir son club. Mais en cours de chemin, Seb a perdu ce but premier en goûtant au succès. L’amour lui a certes donné « des ailes » mais à aussi fait ressortir son penchant narcissique. Il n’a pas su comprendre qu’au delà de la réalisation de ses rêves, Mia avait besoin de sa présence. Question de priorité. « Seb, are you doing this for others or to be happy ? »

C’est à ce moment-là que Mia le quitte et qu’on comprend que -peu importe ce que l’on veut nous faire croire – même si l’homme mène la danse dans une relation, c’est la femme qui est d’abord  initiatrice du premier pas.

Je crois que peu importe la nature des rencontres, chaque personne qui croise notre chemin peut nous touche à sa manière. Et bien souvent, les gens, ne sont là que pour un temps. Le temps de nous accompagner sur le chemin. Continuer la relation pour Mia aurait été néfaste et même si elle aimera toujours Seb d’une certaine façon, c’était la meilleure chose à faire pour elle. Et c’est en ce sens que la chute du film est merveilleuse. On aperçoit ce qui aurait pu se passer dans les deux cas de figure // projections cinématographiques – et pourtant la situation finale est plutôt satisfaisante. Avoir le métier de nos rêves et l’Amour relèverait du fantasme -même si c’est sans doute possible ? – parce que chaque chose est une construction qui nécessite des sacrifices, du dialogue et de l’investissement. #HomeSweetHome « Home is where the heart is »

L’art célébré dans toute sa splendeur.

L’intrigue nous fait aussi réfléchir sur le statut de l’artiste. Admiré et pourtant socialement peu valorisé. « Tu fais quoi dans la vie ? – Je suis chanteur/écrivain/peintre. -Ah oui, c’est tout ? » Les artistes sont incompris car ils évoluent dans une sphère créative jugée instable et pas souvent rentable. – A moins d’être un génie qui se démarque. Les deux caractéristiques de l’artiste qui se dégagent du film à mon sens sont : la folie et le courage.ll faut beaucoup de courage pour oser et  assumer son brin de folie. Comme le disait Seb « Fucking them » Faisons ce qui nous inspire et avançons comme on le peut ! Ce film tombait à pic étant donné ma recherche d’études/chemin professionnel à prendre.

On se met souvent des barrières mentales « je ne peux pas faire ça, que penseras-t-on de moi ? Ce métier sera-t-il rentable ? Est-ce réaliste ? Suis-je capable de le faire ? » Tant de questions et pourtant je pense qu’on sait tous, au fond de nous-mêmes, ce à quoi nous aspirons réellement. En tout cas, pour m’être penchée sur la question suffisamment longtemps, peu importe si je dois trimer mais je trouverais bien ce qui me prends aux tripes. J’y donnerais du sens et je serais heureuse et satisfaite. Mais hors de question de me complaire dans un métier nourricier qui ne me donne pas envie de me lever le matin !

Les paysages sont très beaux #DreamReality. Et les couleurs sont significatives avec tantôt une palette vibrante et tantôt, des couleurs plus rétro – qui font presque vintage. Mélancolie d’un passé révolu ? A l’image d’un passé teinté d’éloges cf Seb lorsqu’il qui expliquait l’histoire du Jazz et son évolution à Mia « aujourd’hui on vénère tout mais on ne respecte rien. » « Comment peux-tu être révolutionnaire si tu restes traditionnel? » Le passé doit servir de point de départ pour créer de nouveaux mondes. Mais il faut tout de même savoir s’en détacher. #La Rage de Vivre

En conclusion, un beau film à voir mais pas non plus le GROS coup de cœur. Alors je trouve la mention « meilleure film de l’année » plus vendeuse qu’autre chose. Et assez prétentieuse car publier cela en Janvier alors que l’année n’est même pas finie, ça revient à influencer sur l’avis des spectateurs avant même qu’ils aient vus le film…Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s