La blogo et moi : toute une histoire !


Dans le cadre d’un projet blogo pluriculturel participatif auquel je participe, je vous livre ici mon parcours un peu foirfouilleux avec la blogo. ITW exclusive par le média Franco-Africain Blog Zone J’espère que cela vous plaira !


  • Bonjour Radjaa, alors raconte-nous un peu ton histoire avec le blogging.

    Bonjour ! Alors je ne peux pas parler du blog sans mentionner au préalable mon incessante et irrépressible envie d’écrire. Cette envie peut arriver n’importe où et n’importe quand, et porter sur n’importe quel sujet/anecdote qui va me faire réfléchir. A la base je voulais commencer un blog d’écriture dès le lycée, mais il fallait s’occuper du Bac tout d’abord. Alors une fois obtenu, j’ai commencé la rédaction avec quelques articles en été 2013. Je crois juste que j’avais trop de choses à dire : je ne pouvais plus garder mes idées pour moi sur papier. Il était temps de les partager et j’avais besoin d’interaction, même virtuelle.

 

  • Quels liens entretiens-tu avec cette activité?Avant je m’occupais du blog avec peu d’entrain : trop de questions et très peu d’expérience. Avec le temps en lisant les commentaires des visiteurs (merci à vous!) Cela m’a encouragée à poursuivre. C’est maintenant devenu une partie de ma vie non seulement par l’aspect chronophage que cela prend. Mais aussi parce que cela me tient vraiment à cœur, même si j’évite de le montrer à n’importe qui : tout le monde n’en comprend pas l’utilité.et l’importance.

 

  • Et ta découverte du blogging : pourquoi as-tu commencé ?Comme mentionné plus haut, j’avais besoin de m’exprimer. Je n’avais pas de problèmes particuliers à présenter ou de conseils à solliciter, J’avais juste besoin de ramener ma fraise, de sentir que mon avis était important. Bien sûr ma famille et mes amis ont souvent servi de catalyseurs à mon tempérament volcanique, mais il me fallait quelque chose de nouveau et de différent. Je crois aussi que j’avais besoin de construire un espace où personne n’aurait son mot à dire. (Mon côté Miss Dictature sans doute 🙂

 

  • Quels sont tes sujets préférés à traîter et pourquoi ?Je n’ai pas de sujets préférés dans le sens où je suis capable de m’intéresser absolument à tout car je pense qu’il y a en toute situation, à travers chaque personne, derrière chaque sujet, quelque chose de beau et de vrai à en tirer. Cependant j’aime parler de mes émotions et vider mon esprit car écrire permet de « trier » mes idées. Parler d’émotions revient aussi à traiter de psychologie et de philosophie même si je ne le fais pas de manière traditionnelle et systématique. J’essaie juste de dire ce que j’ai à dire. Enfin si vous voulez vraiment des détails spécifiques : j’aime parler d’amour, de politique et surtout de culture. Je pense que les films/livres et toute la production actuelle participent en interaction à alimenter la société.

 

  • Qu’espères-tu apporter/accomplir aux autres ainsi qu’à toi-même à travers tes écrits?J’espère faire rêver, toucher les personnes qui me lisent et surtout faire réfléchir. J’aimerai que mes articles titillent, bousculent, que l’on se dise à la fin « ah mais je n’avais pas vu cela sous cet angle… » Et que cela ouvre sur de nouveaux paradigmes et perceptions. J’aime bien aller à la rencontre des clichés pour mieux les déconstruire et dire que finalement, les barrières ne sont que des constructions mentales. De montrer aussi que peu importe ses appartenances, on peut y arriver, même difficilement, on peut faire partie de la société, on peut si l’on se donne les moyens, réaliser nos rêves jusqu’au bout. Mais avant de penser à vous chers lecteurs, je pense d’abord à moi-même dont l’esprit croule sous les idées. Une seule façon de m’en soulager : écrire. Alors j’espère juste qu’en me faisant du bien, cela vous plaise aussi 🙂

 

  • Quel est ton point de vue sur le blogging dans ta « niche »? Et dans ton pays?De culture franco-algérienne, je pourrais juste me positionner sur la situation en France car je connais moins bien le cas algérien. Je pense que surtout ces dernières années, avec l’essor des nouveaux métiers liés au web et à la communication, il y a un réel intérêt pour la blogo. Cette activité ne se résume plus qu’aux blogs d’ado sur Skyrock qu’on avait l’habitude de consulter au collège, mais elle se professionnalise de plus en plus.
  • De quels bloggeurs te sent-tu proche?Il y a un petit groupe de bloggeurs que je lis de temps à autre même si je reste  volontiers au chaud dans mon petit monde. A mon avis, on ne peut pas se sentir proche de quelqu’un sans le connaître alors si je devais mentionner deux personnes inspirantes pour leurs combats aux causes qui leurs tiennent à cœur, je citerai mes deux amies franco-syriennes Asmaa Jaber et Leila As 

 

  • Quelles sont tes sources d’inspiration? Quelles personnes t’inspirent pour alimenter ton activité?Avant d’écrire, je ne fais jamais de recherches pour savoir de quel sujet je vais traiter. Les idées me tombent dessus et viennent d’elles-mêmes. Comment ? Je ne saurais pas vous le dire. Qu’est-ce-qui m’inspire ? Tout le monde et à la fois personne. Un beau paysage peut rester en mémoire et j’aurai envie retranscrire les émotions vécues quelques semaines plus tard. Un film ou livre lu, et j’aurai envie de ramener ma fraise. Une phrase dite par quelqu’un peut tourner en boucle dans ma tête pendant très longtemps jusqu’à m’inspirer au bon moment et en écho à plusieurs événements, donner lieu à un article très fourni. Une flaque d’eau, un tissu, une odeur, peuvent m’inspirer. C’est vraiment très variable. Ainsi la matière première de mon inspiration, c’est tout simplement ma vie. Elle n’a rien d’extraordinaire mais j’arrive à construire tout un monde à partir de choses complètement banales. Et puis si on ne se créait pas nos mondes intérieurs, on s’ennuierait un peu non ?

 

  • A quel moment le blogging et toi n’avez-vous fait qu’un ?Je crois que le blog est vraiment devenu mon petit protégé le jour où à la fac, on nous a demandé un sujet de dissertation sur la question des femmes en littérature; et qu’avant de penser aux cours, je me suis dit « allez, on se motive, même si ce n’est pas pour le cours, ça te fera un superbe article à publier » Et à partir de là, plus de retour possible en arrière. J’étais trop engagée dans le projet.

 

  • Quels sont les défis auxquels tu as dû faire face dans ton aventure de bloggeuse ? Quels sont ceux que tu as surmontés et ceux avec lesquels tu te bats encore ? Parle-nous de tes challenges que tu rencontres tous les jours, tes doutes, tes incertitudes, tes certitudes, tes joies.Les défis sont multiples. Tout d’abord la censure, je me souviens de ma famille qui me disait sans doute par appréhension, ainsi que par manque de compréhension des plateformes médiatiques qui nous permettent une certaine liberté aujourd’hui – « écris sur ce que tu veux, mais ni du religieux, ni du politique » Au début ça allait, et puis avec le temps, je me sentais scindée en deux : étais-je capable d’écrire quelque chose en mettant un off sur mes appartenances plurielles ? Sur le court terme oui, on peut porter les masques que l’on veut. Mais à long terme, il s’agissait plus d’une auto-censure qu’autre chose. J’ai récemment sauté le pas en écrivant sans avoir peur du regard des gens qui me lisent et qui me connaissent et en assumant pleinement mes écrits. Si l’on me demandait encore mon avis, je n’y changerai rien. Alors même s’il me reste du travail sur ce terrain, il faut continuer, parce que s’arrêter en cours de chemin reviendrait à mettre en cause tout ce qui a été fait depuis le début.

 

  • Mis à part la censure, il fallait trouver le temps nécessaire et cela reste un défi au quotidien. Ecrire ou laisser tomber ? Continuer le blog ou fermer boutique ? Et puis, cela a-t-il un réel impact, une réelle importance? Oui, cela en a pour moi-même. Ecrire et affirmer son identité par ce moyen d’expression est très salvateur. Pour moi écrire c’est aussi une façon de fermer les dossiers passés, d’avancer, de panser ses propres blessures.

 

  • Il a aussi fallu faire face à de l’incompréhension chez certains de mon entourage du genre « mais fais quelque chose de plus concret, de plus utile, parce que bon, le blog… C’est un peu dépassé non ? »  « Maman, papa je viens d’avoir une ITW avec un auteur je suis au top! » « C’est bien chérie, et alors ? » #Facepalm Je crois qu’il s’agit là de la marque suprême entre deux générations qui sans forcément entrer dans le conflit, diffèrent. C’est là aussi que l’on peut voir l’influence culturelle, si en Algérie je montrais mes articles sur les Nuances de Grey (j’adore celui-là car c’est le plus provocateur à mon avis) il y a fort à parier qu’on me parlera de la hchouma ou pire, de terroriste- haramiste pseudo libéraliste. Alors qu’en France, tout au plus, réaction tout à fait normale de mes compatriotes « ah sympa l’article, mais tu pourrais approfondir plus tu sais. » Oui, hum, je crois avoir fait le tour de la question pour l’instant, on verra après pour… approfondir. #NextOnePlease

 

  • Tout de même, c’est en écrivant que je me suis rendue compte que je n’étais pas seule dans mes délires et que la plupart d’entre nous se posent aussi tout un tas de questions. Elles nous taraudent plus ou moins tous, seulement, certains les expriment, d’autres pas du tout, moins ou différemment. Le Blog m’a aussi permis de rencontrer pleins d’auteurs et de me prendre pour une journaliste culturelle le temps de quelques festivals/conventions. 🙂

 

  • Le plus gros défi pour moi est surtout, encore aujourd’hui d’ailleurs, d’écrire en accord avec mes appartenances plurielles : comment faire le remix équilibré avec toute cette chorba ! Voyez, être une jeune fille, ainée dans la fratrie et seule fille. Une sœur, une amie. Une étudiante, française, de confession musulmane et d’origine algérienne. Une fille voilée aussi (c’est moi sur la photo de l’article #Coming out) mais pas que. Le voile ne masque ni mon cerveau, ni mon âme, ni mon cœur, n’en déplaise à certains. Mais être une femme à part entière à multiples facettes, n’est pas facile tous les jours. Tout comme pour l’écriture, c’est une liberté qui se doit d’être conservée. La dernière difficulté concerne finalement le positionnement. Comment me positionner face à mes écrits ? Les sujets sont là, mais sous quels angles les aborder ? Voilà pourquoi ça met du temps à mijoter dans la marmite. Comment exprimer toute sa sensibilité au féminin, tout en restant en accord avec son éthique, sans en dire trop ou pas assez ? Comment protéger sa vulnérabilité ? Comment allier légèreté sans entrer dans la futilité ? Comment aborder des questions qui fâchent sans heurter ? Voici mes doutes. Quand à mes certitudes, elles sont bien maigres mais une chose est sûre : mes articles sont comme des horcruxes, une partie virtuelle et écrite de mes tripes en somme. Bon appétit et que le menu vous plaise ou non, on continue, parce que j’ai ENCORE pleins de choses à  VOUS dire !
Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s