Dire non sans se justifier !


Apprendre à dire non, c’est s’affirmer. Peu importe combien vous pouvez apprécier quelqu’un. Votre zone de confort et bien-être ne doit pas en pâtir. Tu peux limite faire du mal aux autres, mais jamais à toi-même. Enfin, si on n’y réfléchi bien, faire du mal aux autres revient aussi à se faire du mal aussi donc…

Bref, si une situation ne vous corresponds pas, faîtes-en part, ne prenez pas (trop) sur vous pour ceux que vous aimez. Ce n’est pas de l’amour, ça devient de la soumission. Ce sacrifice-là, vous vous l’imposez à vous-même et souvent la personne en face ne se rend compte de rien. Alors ne le faites pas, ni pour votre meilleure amie, ni pour vos parents ou pour les beaux yeux de votre âme soeur. Il faut se dire que justement parce que vous les aimez, il faut les respecter et leur dire quand ils dépassent les bornes ou vous font du tort que cela ne change en rien votre affection pour eux, mais que là vous n’êtes pas d’accord avec ce qui se passe.

J’aime bien la phrase de Florence+Machine dans son clip  « Heavy in your arms » Elle dit « are you strong enough to stand, protecting both your heart and mine? » Je n’avais jamais compris la phrase jusqu’à alors. Mais enfin, vous comprenez, tout est dit. 

A chacun de gérer ses émotions mais personnellement je ne supporte pas l’idée qu’on puisse faire de trop grands sacrifices pour moi. Il m’est déjà arrivé plusieurs situations où après quelques temps, on se rend compte que la personne en face, a prit beaucoup trop sur elle, depuis longtemps. Je ne supporte pas qu’on fasse ça pour moi. En quoi mes blessures seraient plus légitimes que celles de quelqu’un d’autre ? Qu’est-ce-qui pourrait légitimer que l’on se fasse autant de mal pour moi ? L’amour, l’affection ?

Il n’est pas question de savoir si j’en vaux la peine, je sais bien ce que je vaux. Mais justement par respect pour ce que je suis, je veux être traitée d’égale à d’égal. Pourquoi on devrait me parler avec des pincettes comme si j’étais faite en sucre ? Parce que je suis une femme? Enfin, bref, vous l’avez compris, mon tempérament volcanique ne supporte pas cela et en général plus on prend sur soi pour me faire plaisir, plus j’aurai tendance à pousser l’autre à bout. Wake up, le respect pour toi-même il est où ? Il n’y a pas quelque chose qui cloche là par hasard. Bon après à moi aussi d’apprendre à gérer mon volcanisme intérieur pour le canaliser et mieux l’orienter, mais l’apprentissage est en cours 🙂 

Vous l’avez compris, se sentir bien et protéger son territoire personnel vous permet d’acquérir une certaine stabilité intérieure. Quand on se sent bien à l’intérieur, en accord avec sa conscience, aligné avec ses intuitions, son psychisme et tout ce qui fait partie intégrante de soi, on peut avancer. Et faire des sacrifices pour quelqu’un au détriment de ses propres envies, c’est suicidaire je trouve. Je n’exagère pas. Quand on prend (trop) sur soi pour quelqu’un on se retrouve dans une situation insatisfaisante. Le pire c’est que l’autre personne en face ne s’en rend pas forcément compte, comme je l’ai déjà mentionné plus haut. Alors on rentre dans un cercle presque interminable de frustration. On prend sur soi, on accumule les non-dits, les sous-entendus, le malaise et un jour quand ça fini par exploser on ne se reconnaît plus et on perd toute forme de crédibilité parce que notre réaction sera disproportionnée par rapport à la situation. Disproportionnée car c’est une accumulation émotionnelle de tout ce qu’on a engrangé au fil du temps.

Alors prendre sur soi oui, être patient et s’accorder le temps qu’il faut pour faire ce que l’on a à faire est nécessaire. Mais il faut aussi comprendre que les besoins de l’autre ne sont pas les mêmes que les miens. Il faut du courage pour dire « non » Mais cela s’apprend. Avant j’étais quelqu’un qui voulait à tout prix éviter les conflits et satisfaire tout le monde. Alors je prenais tout le temps sur moi, pour tout le monde. Ensuite, avec le temps, soit l’affaire est passée et s’est ‘réglée d’elle-même » soit il suffisait d’une action qui fasse tout remonter à la surface pour que le volcan en ébullition explose.

Maintenant j’ai appris qu’il y a une autre façon de désamorcer la bombe émotionnelle. Parce que non seulement on se fait du mal mais en plus l’autre en face ne comprend pas nos réactions démesurées. Et si l’on veut prendre sur soi pour quelqu’un, c’est que la personne est importante pour nous, mais nous sommes aussi importante pour elle: alors il faut oser avec diplomatie et patience, dire les choses avec tact. 

Mais faut-il tout dire ? Non je ne crois pas. L’équilibre de l’être humain est basé sur une transmission entre le donner et le recevoir. Il y a un temps dire les choses, un contexte, une façon. Vous ne pourrez pas éviter les conflits, ils font partie du développement humain mais vous pouvez travailler pour accompagner vos émotions.

Brider vos émotions ou les ignorer ne ferait que vous rendre insensible aux gens et à tout ce qui vous entoure. Autant aller voir un psychiatre pour prendre des médocs et devenir un légume vivant. J’ai déjà testé pour vous, expérience très déroutante. Sans la case psychiatrie hein, mais « débrancher nos émotions » n’est pas sain. Petits conseils très pratiques en vidéo sur la gestion des émotions #DavidLaroche

De même que tout vider n’est pas faisable non plus. Il faut trouver équilibre entre les deux. Plutôt que de laisser l’émotion devenir maîtresse de mes actions sur l’instant T, quand je sens une tempête arriver, je me calme, je respire. Je laisse passer et je me connecte à la réalité physique cf technique d’ancrageQu’est-ce-que je perçois, pourquoi je réagis comme cela, de quoi ai-je peur, ai-je bien compris la situation? J’accepte en les laissant passer de déteindre sur moi. J’accepte aussi de recevoir les émotions avec moins de puissance. C’est comme une boisson plus c’est concentré plus c’est fort. Là, j’accepte de les recevoir de façon plus diluée pour que mes ressentis et mes actions soient en cohérence avec moi-même. Et après, j’accède, non pas au désastre engendré par la tempête que j’ai laissée derrière moi. Mais plutôt à une sérénité bien méritée.

Apprenons à nous protéger pour mieux vivre avec les personnes qui comptent. Parce que quand vous vous sentez bien, vos émotions positives déteignent sur les personnes autour de vous. Alors que quand on ne se sent pas à l’aise avec une situation, on ne cherche que la petite bête pour tout saccager, parce qu’à l’intérieur, ça ne va pas. 

Apprendre à mieux vivre c’est aussi apprendre à laisser partir les personnes qui comptent. se dire que de tout façon, toute personne qui doit faire partie de ma vie, finira pas y entrer, y rester ou en sortir. Mais cela, vous n’en êtes pas responsable, c’est la vie. Apprendre à laisser partir ceux qu’on aime c’est aussi apprendre à s’éloigner, rester serein et paisible, pour peut-être mieux se laisser approcher.

Mais il y a aussi ce genre de personnes toxiques qui ne font que limer votre moral. Qui vous épuisent et fatiguent, peu importe que vous ayez tort ou raison, ces gens-là ne savent pas et ne veulent pas écouter. Alors elles vous reprocheront ceci ou cela, et vous avec votre bonne conscience vous négocierez avec gentillesse en espérant qu’elles arrêteront de vous mettre le grappin dessus. Détrompez-vous, ce genre de personnes toxiques s’alimentent justement de votre mal-être, de vos doutes. Ne perdez pas de temps avec elles, éloignez-vous dès que vous les sentez. En général ça se sent quand vous essayez de leur expliquer quelque chose et que peu importe les témoins/arguments fondés que vous avancez, elles resteront dans une posture de reproches sans raison qui ne vous apportera rien de bon. A part rentrer dans un autre cercle malsain du je me justifie/je m’enfonce/ça me fait chier/je culpabilise.

N’ayons plus peur de dire ce que nous avons vraiment à dire. Aimer, c’est accepter les choix de l’autre et sa liberté d’action. Ce n’est pas posséder et vouloir garder la personne juste pour soi. Quoique mon côté sado-maso en jubilerait sans doute. 😀 Avec respect et dignité, tact et faisabilité, dîtes non aux personnes qui envahissent trop votre espace vital. Non cela ne me convient pas, cela ne me correspond pas, je ne me sens pas à l’aise, cette situation me gêne, tu dépasses les bornes. 

Mais restons sympa quand même hein, dire non, ce n’est pas agir en Madame Dictature. Dire non, c’est le premier pas vers le dialogue et le compromis. Sinon autant rester enfermé dans sa caverne platonique. Ravie d’avoir écrit cet article ! Belle journée 🙂 

Publicités

3 réflexions sur “Dire non sans se justifier !

  1. l’aurais tu écris pour moi cela ci….Je sais que trop bien tout cela. J’ai beau dire non rien ne change. j’ai beau demander de l’aide je n’en ai pas, j’ai beau etre aimante etc rien ne change. Donc je suis soumise meme si on pense au contraire que c’est moi qui décide de tout ici (si on savait O combien j’ai changé, O combien je me suis oublié moi même et O combien j’ai fait de conscession) Je suis devenue l’esclave (et on te dira qu’on ne me demande rien, mais bizarrement on ne fait rien de soi meme, les choses ne se font pas seul et quand je demande un coup de main c’est pas fait…alors pas esclave?) bref…je sais bien que je devrais claquer la porte et dire NOn, stop, je ne suis pas sure de trouver mieux en claquant la porte et j’ai bien trop peur des consequences reelle qui pourrait avoir lieu. Donc je me soumet et soit plus tard soit dans une autre vie je dirais non. JE sais c’est nul mais ce n’est pas si simple quand on a vie de famille de risquer de tout perdre du jour au lendemain juste parce qu’on en a raz le bol d’etre si peu considérée. Alors je prend sur moi et je me rend malade..pas bien je sais. Mais j’en suis consciente…. et tes ecrit me font des piqures de rappels j’en avais déjà fait des commes cela et ca faisait du bien…continue de me faire du bien. Bises

    • Je ne m’arrêterai plus d’écrire alors, si je fais du bien aux gens autour de moi, sans m’en rendre compte, ça fait super plaisir ! Tu n’as pas à te flageller pour ton comportement, tu as des responsabilités familiales, un contexte, un vécu et tu n’as pas à te justifier ou rendre des comptes à qui que ce soit, sauf à toi-même, courage quand même hein ! Très ravie d’échanger à chaque fois avec toi Géri, bonne soirée, bises !

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s