Il faut être courageux pour être vulnérable


Quoi ? Comment ? Quel est ce charabia ? Depuis quand être faible et instable émotionnellement, est une force ? 

A coeur ouvert, ce soir. Parce qu’on nous dit de laisser parler son coeur, comme si c’était facile ! Ce coeur là est barricadé dans une cage en or, en diamants, en ce que vous voulez et imaginez. Les limites de notre pensée sont à la limite de notre imagination.

Et la réalité est vraie, palpable, si ce sont des faits ayant des conséquences indépendantes de votre volonté et que vous ne pouvez pas prévoir, alors c’est réel.

Ensuite, nous sommes tous un peu des miroirs de chacun, en observant les défauts des autres, ce sont les nôtres que l’on refoule. En enviant les qualités des autres, c’est envers soi-même qu’on se flagelle en disant qu’on est pas aussi bien que ce que l’on voudrait. Qu’on deviendra meilleurs et un peu plus parfaits. Mais non, la perfection n’existe pas et puis la vérité c’est que tu ne peux pas plus être  que ce que tu es déjà. Mais tu peux être en mieux. Si tu veux être à la hauteur de tes rêves, alors travailles-y, si tu veux trouver ton équilibre et ta stabilité intérieure dans ta vie, alors commence à oeuvrer pour ce que tu as déjà à faire, maintenant. 

Le reste viendra avec le temps et les opportunités en fonction du contexte. J’ai peur du passé en me demandant si c’était bien le mien, j’ai peur du futur car je ne sais pas où je serais demain. Cette peur paralyse, embrouille le bon sens, chamboule, perturbe, bouleverse. Ce n’est jamais l’autre qui me fait du mal si je n’accorde pas crédit à ce qu’il dit, si ce qu’il dit n’est pas vrai me concernant, alors je n’aurai pas mal. Mais les blessures se réveillent quand une personne tombe pile poil sur vos démons, trouve et déniche, inconsciemment d’ailleurs, vos pires cauchemars d’enfant. 

En ce cas, vous pouvez fuir la personne, la situation, mais vous pouvez aussi accepter de ne pas être la superwoman que vous semblez être en apparence, vous pouvez accepter votre part d’humanité en vous disant, oui j’ai peur, oui j’ai besoin qu’on m’aide, qu’on m’écoute, qu’on me soutienne, qu’on m’explique, qu’on me rassure et qu’on m’éclaire. 

Avoir tort ou raison, là n’est pas la question. J’ai longtemps pensé à tort que dans toute relation, il était un peu question de pouvoir quand même et que si vous aviez tort, vous aviez « perdu ». Mais il n’y a rien à perdre et tout à apprendre. Ne faîtes jamais de jugements hâtifs sur les personnes qui vous entourent, car vous ne savez pas, demain, qui sera votre ennemi, ou à qui prendra une importance de taille.

Il est intriguant de voir comment l’Homme oublie, alors qu’hier il parlementait pour une cause, il va agir en contradiction avec ses engagements du matin, le soir même. Il est intriguant de voir comment à force de se baser sur des règles sans fondements, on peut se faire beaucoup de mal. Il est intriguant de voir comment on se conditionne soi-même en se fermant des portes « de toute façon, j’ai déjà beaucoup souffert, alors autant ne pas se lancer » Oui mais ce qu’il faut souligner c’est que d’une part : tout le monde souffre. Et d’autre part, cette souffrance n’est pas quantifiable, ni mesurable. Et qu’enfin, la personne que vous étiez dans un contexte T à évolué et les personnes qui vous entourent aussi.

Vous n’avez pas le droit de vous faire du mal à vous-même, d’autres seront là pour le faire bien assez tôt; Mais encore pire, vous n’avez pas le droit de blesser quelqu’un délibérément pour vous protéger d’hypothèses paranoïaques qui ne sont pas encore arrivées en anticipant ceci ou cela. Parce qu’on a beau grandir, tant qu’on ne prendra pas conscience que non, la meilleure défense n’est pas l’attaque, on restera ancrés dans nos schémas enfantins.

Mais les mots ne sont que des mots et ils ne changeront pas le monde. Il faut bien de la patience et de la discipline pour survivre dans ce monde. Je suis actuellement en pleine introspection profonde et plus je prends conscience de quelque chose en moi-même, plus je vois les clés pour me recalibrer et entretenir cet apaisement intérieur. Mais plus je m’y atèle, plus je découvre encore d’autres choses. Et cela me fait peur, mais je dois m’y atteler car c’est comme cela qu’on y avance. Car à un moment donné de sa vie, si on s’arrête, si on recule, si on s’autorise à stagner, on sait que l’on se perdra, définitivement. En s’accrochant à sa foi, aux gens qu’on aime et qui font partie de notre vie. Donc oui, il faut bien du courage pour apprendre à être vulnérable. A la lumière de mes rêves de vouloir améliorer ce monde et de mon amour inconditionnel pour la Création, je vous aime. 

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s