Sur le long de la route…


On n’a pas pris la peine, de se rassembler un peu
Avant que le temps prenne, nos envies et nos voeux
Les images, les querelles, du passé rancunier
Ont forgé nos armures, nos coeurs se sont scellés

Rester seul dans son coin
Nos démons animés, perdus dans nos dessins
Sans couleur, gris foncé
On aurait pu choisir

Le pardon, essayer, une autre histoire d’avenir
Que de vouloir oublier

Prenons-nous la main
Le long de la route
Choisissons nos destins, sans plus aucun doute
J’ai froid et ce n’est rien
Qu’une question d’écoute
D’ouvrir grand nos petites mains, coûte que coûte

On n’a pas pris la peine
De se parler de nous
Nos fiertés tout devant, sans pouvoir se mettre à genoux
Dans nos yeux transparents, le mensonge sur nos dents
Impossible de le nier, tout le corps révélé

Prenons-nous la main
Le long de la route
Laissez, vivre la vie, glisser sans retenir

Et les mots ne sont que des mots
Pas les plus importants
On y met nos sens propres, qui changent au gré des gens

C’est con, ce qu’on peut être con, à se cacher de soi même
Car l’autre n’est que le reflet de ce qu’on se met à couvert

Si nos schémas ancrés
Ne veulent pas nous figer
C’est le début de nos rêves, qui tendent à se confirmer

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s