Si jamais j’oublie…Rappelles-moi qui je suis


On oublie, on se rappelle, on s’entraîne et on se traîne. En grandissant, la vie nous paraît moins magique qu’avant. A mon avis, les meilleures années étaient les années 2000. Que cela soit au niveau de la musique, des dessins animés, ou même des films. #GénérationGoldman et HarryPotter. En plus, d’un point de vue politique, c’était pas aussi chaotique qu’aujourd’hui, il y avait bien sûr des choses qui se tramaient, mais voilà, on était encore des enfants, à jouer à la marelle, à lire des livres sur les bancs de la récré et à manger nos petits goûters. BN à la fraise avec des candy’up au chocolat,des kinders pingui et le fromage kiri avec les bâtonnets s’il-vous-plaît. C’était aussi la période de Franklin, des Totally Spies, Sakura et les mangas. Enfin pleins d’autres choses encore ! Même le climat social français n’était pas aussi.. Glacial?

Et après on grandi, on sort de notre période d’ado pour commencer, peu à peu, à se confronter (dans le sens de vivre, pas forcément d’affronter) la société. Peu à peu le monde du travail, on fréquente des personnes plus adultes et matures. Et alors là BAM gros réveil ! On nous a toujours présenté les choses de façon linéaire, le matin-midi-soir, les saisons, le temps linéaire aussi. Tu sais petite Radjaa, tout ira bien, tu vas aller au collège. Ne t’en fais pas, le lycée? Il suffit juste de travailler. Le bac, félicitations! La fac ? Un nouveau monde. Licence en poche et après ? Le master ? Le boulot ? Rencontrer quelqu’un ? Et alors, amasser de l’argent pour prendre du bon temps, construire son petit chez soi, vivre et après mourir ?

NON, cela ne me convient pas. ça ne me suffit pas.

ça ne suffit pas parce que déjà, la vie, c’est tout sauf linéaire. Pleins de choses se mélangent et il faut savoir jongler sur plusieurs fronts. Ensuite, pourquoi vivre si on reste constamment dans sa zone de confort ? C’est ennuyant, on s’enferme dans nos habitudes, on devient aigri, on perd goût à la vie et c’est normal. Alors pour garder la pêche, même si ça fait du biiiiien de toucher le fond, mais il y a autre chose. Une piste ? ENTRETENEZ VOS REVES. Parce que sans eux, pas de volonté, ni de motivation pour avancer.

Alors bon je ne vais pas jouer à la magicienne hein, bien sûr qu’il faudra trouver un travail plus ou moins satisfaisant, partager sa vie avec quelqu’un et tout cela. Mais pour ma part, même si je me considère plus ou moins comme adulte, d’ailleurs, c’est quoi être adulte? Et bien, je ne sacrifierai jamais mon âme d’enfant! Je veux me donner les moyens de réaliser mes rêves, de faire sourire les gens autour de moi, de me sentir utile et d’avancer. Toujours. Niais et utopique ? Non, c’est juste ma façon de résister. Résister à l’oubli de soi, résister au laisser-aller.

Découvrir, partager, rêvasser, en crever, comprendre, se relever, aller prendre un verre sur une terrasse et puis rester un peu à la ramasse, pour reprendre ma trace. Ne pensez jamais que vos rêves sont trop grands, qu’ils sont trop utopiques, que vous n’y arriverez jamais. C’est faux et puis c’est exactement ce que l’on veut nous faire croire. La société distrait, perturbe, diverti, crée des automates fiers de leur fiche de paie à la fin du mois, et alors après ? Pourquoi ?

La peur qui nous empêche d’avancer est celle de nous-même. On a peur de nos propres potentialités qui sommeillent en nous. Mais vraiment il faut apprendre à avoir confiance en soi, on fonce sur le tas ? 😛 Faîtes vos priorités, mais ne perdez jamais de vue, ce qui vous fait vraiment vibrer, juste là, les moments qui vous font sentir vivants. 

J’ai eu de la chance de trouver très tôt ma passion : l’écriture et le dessin. Mais il y a pleins d’autres choses à exploiter, à explorer, laissez-vous transporter! Je vous souhaite de trouver l’équilibre qui vous convient. On se dit souvent qu’il faut revoir ses rêves à la baisse étant donné qu’on ne pourra pas tout réaliser, je ne suis pas d’accord. Je veux que ma réalité soit à la mesure de mes rêves. Bien sûr je ne pourrais jamais avoir de la magie et des paillettes pour repeindre le monde de milles et unes couleurs, mais je peux, juste à mon échelle personnelle déjà, faire au mieux. Au quotidien. 

On me disait avant, que je devais canaliser ce trop plein de dynamisme, qu’il y a avait des priorités, qu’il ne fallait faire que ce qui est « utile. » A tel point que juste dessiner ou écrire me faisait culpabiliser parce que je ne me sentais pas « utile » Mais après avoir évolué et m’être détachée de ce carcan de phrases-poisons, qui pratiquées à l’excès, vous brisent peu à peu. Je suis enfin entrain de commencer à entrevoir la vie que je veux et qui me correspond mieux. (même si celle que je vis, me satisfait quand même^^) Après plusieurs efforts, on m’a enfin dit que si j’avais le temps, et que je savais gérer mes priorités, je pouvais faire ce qui me plaît, ce qui me faisait plaisir. Je devais faire mes preuves alors qu’il n’y a jamais rien eu à prouver, si ce n’est à moi-même. C’est pas trop tôt 🙂 #Libre. #Heureuse

Observez juste l’énergie qui se dégage du clip ci-dessous. Voilà une artiste simple, qui aime ce qu’elle fait et en vit. Bon on ne peut pas tous vivre de sa passion et la passion ne fait pas tout. Mais le bonheur, c’est aussi peut-être cela:être sur le chemin de réaliser ce qui nous plaît, se sentir à sa place, à l’aise avec ce que l’on est et en accord avec notre intégrité et notre conscience. Pour elle c’est le chant et pour moi c’est l’écriture, et vous ?

Alors vous aussi, entretenez vos rêves, alimentez votre motivation, aimez et vivez ! Parce que c’est ce qu’on fait les plus grands de notre monde. De nos rêves à la réalité, il n’y a qu’un pas : l’action ! N’ayez pas peur de ne pas pouvoir changer les choses, ni d’améliorer ce monde souvent pessimiste, il y a toujours quelque chose de bon à prendre, quelque part, partout, nulle-part, en nous, en vous, en soi. Gandhi disait « Le message que je veux laisser à l’humanité, c’est ma vie » Vous mourrez un jour, le passé n’aura plus son importance, mais ce que vous avez laissé dans les mémoires de vos proches, de vos collègues, votre famille. Vos sourires échangés, les belles et petites choses que vous avez fait. C’est ça qui compte.Même s’il n’y aura jamais de mission inter galactique ou de super-héro pas héroïques^^

Alors si jamais j’oublie…

Rappelle-moi le jour et l’année 

Rappelle-moi le temps qu’il faisait
Et si j’ai oublié, Tu peux me secouer Et s’il me prend l’envie d’m’en aller
Enferme-moi et jette la clé
En piqûre de rappel
Dis comment je m’appelle

Si jamais j’oublie, les nuits que j’ai passées
Les guitares et les cris
Rappelle-moi qui je suis, pourquoi, je suis en vie
Si jamais j’oublie les jambes à mon cou,
Si un jour je fuis,
Rappelle- moi qui je suis, ce que je m’étais promis

Rappelle-moi mes rêves les plus fous
Rappelle-moi ces larmes sur mes joues
Et si j’ai oublié, combien j’aimais chanter.

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s