On ne sait rien #Poème


On est rien, on ne sait rien, on ne sait pas de quoi sera fait notre lendemain,

Alors qu’est-ce-qu’on peut y faire ? Mis à part faire ce qu’on a à faire et se forcer à prendre des vitamines de rayons de soleil pour avancer,

Même si l’acide ronge nos veines, même si les nuits nous paraissent froides, pendant que les jours défilent en se pavanant, avec le temps qui nous nargue en souriant,

Parce qu’on ne nous dit pas que la vie, ce n’est pas linéaire, on ne nous prévient pas, enfants, de tout ce qui nous attend,

On croit que tout est bien rangé, comme des legos rigolos et des cases tracées dans le Caucase,

On croit que l’amour c’est facile, que pour trouver un boulot, il suffit juste d’être docile,

Mais en vrai, on ne sait rien, et on sous-estime bien trop souvent, son prochain,

On pense que le statut social, c’est magistral, mais la réalité, c’est qu’au-delà du mistral, il n’y a rien, juste nos envies, un peu de folie et le désir de construire pour se retenir de détruire,

On ne nous dit pas non plus, ado, qu’en fait l’amour, ce n’est pas juste des étoiles dans les yeux, des sentiments partagés et des jours heureux,

On ne nous dit pas que pour vivre, vraiment, il faudra aller à la quête de soi, profondément, Vivre sincèrement, en aimant de toute son âme, Chaque être, prendre à bras-le-corps, chaque mal-être

Parce qu’on nous ne dit pas que la mort est une épée de Damoclès, qui nous pend au nez, pendant qu’on le fourre, chaque matin, dans notre café,

On ne nous dit pas non plus que la religion, la politique, les scientifiques, ne sont que des pistes, Mais que c’est à chacun de nous, d’écrire sa propre liste,

De rêves, à écrire, à redessiner, à chanter

Transcender la douleur au quotidien,

Parce que dès qu’on se déleste de nos chaînes anciennes et rouillées, On se rend compte, que d’autres viennent inévitablement pointer leur nez, en se montrant endiablées et malmenées.

La vie, c’est ça,

Ni rose, ni blanc, ni noir, juste un mélo-mélo, mélodramatique, qui pousse notre souffle erratique, à bout, shootés, au bout du gouffre, rendus saouls d’adrénaline.

A destins liés, à esprits enchaînés, comment entretenir sa liberté alors qu’il n’y a pas de notice, et que c’est facile de moraliser, mais que faire quand vos idées, prennent les rennes et que c’est la fête, dans vos émotions emmêlées,

On ne nous dit pas non plus, que parfois, l’amour ne suffit pas,

Que les bonnes intentions, ne nous donnent pas toujours raison,

On ne nous dit rien car il y a tout à prendre et à apprendre, sur le tas, même si bien souvent, on fait n’importe quoi. Mais c’est la vie, je ne m’excuserai pas d’essayer, d’être ce que je suis et de vouloir n’en faire qu’à ma tête, De dépasser les règles, de me fixer mes propres limites et de faire des détours inappropriés.

Gardons courage, car même si les épreuves que l’on vit, ne nous rendent pas forcément plus forts,

Mais, elles sont là, en nous, et ce n’est pas pour rien, alors faut savoir faire pause, s’écouter pour avancer sans culpabiliser, Même si avancer ça veut dire toucher le fond, se relever, vivre par vagues, frissonner le matin de peur d’échouer et trembler le soir, pendant que le noir, vous renvoie vos propres miroirs.

L’espoir est de mise, sinon, que reste-t-il ? Ne sous-estimez jamais les gens, la vie, car souvent, vous seriez bien surpris.

Publicités

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s