La vie de Claudia #Guimauve Acidulée


I start this new category called « Guimauve Acidulée »  I will write about love, psychology, how to find the way of our own hapiness, and stuff like that. I feel a kind of saturation to censure myself, so I try to move on by writing, as I usually do. #Catharcis. Some articles of this category will be in french and others in english. I will not translate anything but if you need some explaination in one language, please, feel free to post a comment bellow. Don’t forget that I TRY MY BEST to avoid any mistakes but I am not a native english speaker so be kind ! Also notice that I don’t write in english to target more readers on my blog. Its nice to not be disturbed by the french syntax which often leads me to be more artistic than realistic. #No worries, I understand myself🙂

Récit Fictif : La vie de Claudia 

« – Claudia tu as fini ?

–  Non, laisse-moi maman, dans mon monde, ne reviens pas m’importuner, s’il te plaît.

– Que fais-tu enfermée dans ta chambre depuis si longtemps !

– J’apprends.

– Qu’apprends-tu chérie ?

– La vie. »

On ne me laisse jamais tranquille pour explorer mon monde. J’aimerais être seule, mais il y a toujours les obligations, les choses à faire « parce que c’est la vie » On doit manger, dormir, étudier, travailler … Ranger, écouter les autres.

Elle fait ce qu’on lui dit donc l’adorable et douce Claudia, parce que cela donne l’illusion de tout maîtriser. Car perdre le contrôle d’une situation, c’est se mettre en danger, croyait-elle.

Tout le monde croit que je suis une petite fille modèle, oh oui Claudia est sérieuse, studieuse, ne dis jamais un mot plus haut que l’autre.

Claudia s’habille joliment et on l’admire parfois.

Claudia fait tout ce qu’on lui demande, pas parce que cela lui correspond forcément, mais parce qu’elle a appris que plus tôt elle se débarrassera de tout ce joli petit merdier, plus elle peut s’enfermer dans sa chambre et explorer.

Sa chambre que personne, bien entendu, ne peut ouvrir. Car elle est la seule à en détenir les clés. A Claudia, on lui attribue toutes sortes d’activités artistiques : peinture, dessin, écriture. Ses parents lui ont même acheté deux jolis lapins blancs. Alors que fait-elle de si intriguant dans sa chambre ?

Elle se défoule.

Clop clop clop

Quelque chose de rouge,

De coagulé,

De la peinture, ou du sang ?

Imaginez Claudia avec une belle chevelure blonde et de belles boucles,

Un teint de porcelaine, des lèvres charnues, et des joues toujours rosées,

Imaginez-là avec un regard brillant d’intelligence, vert, de préférence.

Imaginez-là bien, ne vous méprenez pas, car Claudia à la tête d’ange et le diable au corps. Claudia passe ses journées, à pratiquer diverses expériences douteuses.

Claudia est à la fin de son enfance,

Et, Claudia a soif de violence,

Son moment préféré ?

Le calme de la nuit.

Claudia a tué ses deux lapins et à accroché, en souvenir, un peu de leur pelage blanc au dessus de son lit.

J’ai demandé à Claudia « Pourquoi ? »

Elle m’a répondu que c’était pour se souvenir de ce qu’elle était, qu’elle semble pure mais qu’au fond, une noirceur sans nom la ronge. Et qu’elle doit dompter, maîtriser, apaiser, tout le temps.

Dark Shadow.

Je lui ai demandé si elle aimait ses lapins, elle m’a dit les adorer.

Mais alors les tuer, cela aurait dû la déchirer !

Elle m’a dit qu’elle les avait tué parce qu’elle les aimait,

Parce qu’ils l’aimaient aussi,

Parce que la seule façon de vérifier son attachement pour eux, c’était de les tuer.

Parce qu’en les tuant, elle refait face à la douleur,

En les tuant, elle dépasse cette douleur et se sent plus forte,

En les tuant, elle sait qu’elle a poignardé son âme, mais qu’elle deviendra encore plus froide, distante, porteuse d’un masque impassible, qui n’est pas le reflet de ce qu’elle est. 

Car au fond, son amour, il brûle, alors elle le détruit,

Pourquoi ?

Parce que Claudia a été créée pour combattre,

Pour vaincre, pour survivre,

Et parce que la douleur, la résilience et la combativité, ont été pendant longtemps son seul cercle d’évolution.

Alors en sortir et changer ?

Pour qui ? Pourquoi ?

Ça sera pour plus tard.

Alors elle m’a confiée aussi qu’avant les lapins, elle se mutilait les jambes,

Seul endroit assez discret pour n’inquiéter personne.

Surtout pas les parents.

Jamais les parents, parce qu’il faut leur fierté, une image lisse et bien dorée.

Lustrée, enjolivée, même si au fond, elle est brisée.

Mais la belle et désirable Claudia sait,

Elle sait que c’est horrible de faire du mal à ceux qu’on aime,

Elle est toujours consciente de ce qu’elle fait,

Elle sait que si elle leur fait du mal c’est avant tout parce qu’elle ne supporte pas l’idée d’être aimée par eux,

Enfin, elle sait aussi que plus tard, elle réussira à sortir de ce cercle infernal,

Mais qu’avant cela, il faudra qu’elle purifie son âme,

Par la douleur,

Une dernière fois.

Tuer, mordre, poignarder, renaître, croquer, tordre et renouveler.

Je lui ai demandé pourquoi tu es si sombre alors que tu respires la joie de vivre, Elle m’a répondu par mots-clés, chuchotés, murmurés, au creux de mon oreille, en se blottissant entre mes bras.

Des mots que je récris ici, dans toute leur horreur:

Séquelles,

Violence,

Soif,

Blessures,

Chaînes,

Abus physique,

Enfance.

Souillée,

Je n’ai rien pu savoir de plus, la prochaine fois, vous lui demanderez.

Publicités

Une réflexion sur “La vie de Claudia #Guimauve Acidulée

  1. Pingback: Gribouillons colorlés #Récit Fictif | Plume d'Ameth

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s