France/Chine : quelles habitudes de communication sur les réseaux sociaux ?


J’ai assisté à un Café-débat organisé le 12 Avril à Pékin, par les associations Zéro-distance et Le French Lab. Deux associations culturelles franco-chinoises aux projets divers et variés. Je les ai rencontrées par le biais de la communauté française de Pékin. Après avoir assisté à divers événements, je me suis proposée pour faire le compte-rendu de celui-ci en rêvant de le publier sur le blog. C’est donc avec l’accord des deux asso que je peux enfin partager ce qui suit ! Comme quoi, où que vous soyez, il y a moyen de faire ce qui vous plaît. 🙂

Entre la France et la Chine : quelles habitudes de communication sur les réseaux sociaux ?

En présence de Sébastien Rousillat, journaliste au journal La Chine au présent.

Que signifie communiquer ? Selon quels paramètres juge-t-on nos échanges comme satisfaisants ? Comment communiquent les français et les chinois ? (supports, habitudes, ressemblances, différences, avantages et inconvénients)

Communiquer, c’est avant tout interagir avec quelqu’un. Les supports pour le faire sont variés : virtuels, physiques, instantanés, différés… Comme le disait Aristote, l’Homme est un être social qui a besoin de communiquer. Dès notre arrivée au monde, on est déjà disposé à dialoguer avec son entourage.

La communication encouragée par les moyens techniques actuels permet d’entrer en contact plus rapidement et avec plusieurs de personnes à la fois. Mais est-elle pour autant plus efficace ? On considère en général une conversation intéressante lorsqu’on partage des informations utiles. En effet, communiquer, n’est pas qu’un besoin, mais c’est aussi un moyen de juger la qualité de nos rapports avec autrui. Ceci étant étroitement lié à la notion d’utilité. Non pas dans un contexte où A profite de B mais plutôt lors d’un échange profitable entre A et B au cours duquel chacun en ressortirait satisfait.

La notion d’utilité peut aussi être reliée à celle de rentabilité entre le temps consacré pour avoir une information et la qualité de l’information obtenue. On communique sur plusieurs réseaux sociaux pour gagner du temps et toucher plus de personnes, mais ne vous est-il jamais arrivé que votre ami vous demande : « Tu n’as pas répondu à mon message Facebook comment cela se fait ? » Et vous que de répondre « Je ne me connecte plus vraiment sur Facebook, contacte-moi sur Wechat la prochaine fois. »

On observe que, non seulement nos habitudes changent très rapidement, mais qu’en plus d’avoir accès à une multitude d’informations en très peu de temps, les moyens pour interagir sur les réseaux sociaux utilisés, diffèrent eux-aussi. En parlant d’habitudes, on remarque que les moyens de communication virtuels deviennent prenants au quotidien et qu’ils entrent en jeu dans tous nos types de relations. En causant parfois des conflits, entre vie privée et professionnelle par exemple.

Cette tendance « d’une virtualisation croissante » des moyens de communication s’explique en partie car on veut pallier à un manque de relations en temps réel dû à l’éloignement, la distance …

Mais que se passe-t-il quand la communication virtuelle, instantanée, vient prendre place et joue sur la qualité du moment vécu au temps présent ?

Apparemment cela ne pose aucun problème dans la culture chinoise car les conversations sur Wechat (premier réseau social et moyen de communication en Chine) sont omniprésentes, que ce soit dans le métro, lors un mariage ou encore pendant un repas entre amis …

wechat_logo

Les occidentaux ont d’ailleurs ce cliché (pourtant véridique) des jeunes asiatiques inter-connectés, qui, lors d’un repas entre amis, passent plus de temps à prendre des selfies, qu’à vraiment discuter avec les convives.En France, dépendamment des situations, il est en général mal perçu de communiquer sur son portable si vous êtes déjà en pleine conversation avec quelqu’un.

On remarque aussi que les réseaux sociaux et leur utilisation, varient selon les pays : en Chine on utilise Wechat non seulement pour partager ses dernières sorties entre amis ou parler de son déplacement lors d’un voyage d’affaires, mais aussi pour appeler et envoyer des messages. Wechat en Chine, remplace les S.M.S et les appels téléphoniques français. Vous avez donc tout intérêt à ne pas perdre vos identifiants !

En Chine, à moins d’avoir un V.P.N, vous ne pouvez pas accéder à Facebook, mais les chinois ont créé leurs propres réseaux pour pallier à ce manque avec RenRen et QuQu. Même si Wechat reste le numéro 1 chinois en matière de communication. En effet, il est non seulement utilisé pour commander son repas mais aussi pour régler ses dernières commandes et gérer son compte en banque …

En évoquant les contacts, on ne peut omettre de parler de l’importance des relations « guanxi » 关系 en Chine. Il ne s’agit pas de corruption ou de profit. Il faut juste de comprendre que la Chine est un immense pays inter-connecté où vos amitiés fiables donnent souvent lieu à des opportunités incroyables. Vous avez donc tout intérêt à bien vous comporter et à ne pas critiquer les gens car votre image et votre réputation sont en jeu. Et elles jouent un rôle essentiel dans la société chinoise contemporaine.

A souligner d’ailleurs le terme volontairement utilisé d’« amitiés fiables » car si un chinois ne vous apprécie pas, il ne vous le dira pas de but en blanc, en argumentant et mettant les points sur les I comme le veut la franchise à la française, mais il s’éloignera de vous, progressivement. A l’inverse, si vous avez un ami chinois et que vous devenez proches, profitez-en et prenez soin de cette amitié. Parler de communication revient aussi à évoquer l’importance des émotions.

Les chinois et les français ne vivent et n’expriment pas les choses de la même façon. Cela est dû au paradigme (=points de vue) influencé par la culture, qui diffère.

« Si je n’aime pas quelqu’un, je ne vais pas le lui dire en face, mais sur Wechat, je peux me montrer plus expressive à l’aide des émoticônes. »

Citation d’une chinoise, qui illustre bien le principe inviolable de la « face chinoise » Concept compliqué à expliquer, surtout si vous n’y avez pas fait vous-même face. Ironie 😀 Lors d’un conflit ou si vous demandez l’avis d’un chinois, il s’exprimera de façon nuancée, en abordant souvent les points positifs pour finir par les négatifs. Ensuite, à vous de déduire ce que bon vous semble.

Par exemple, si vous lui proposez d’aller prendre un verre, il ne vous dira pas « non » Il n’ y a d’ailleurs pas de caractère précis pour traduire « oui » et « non » en chinois. Cela dépend du contexte. Mais, il vous répondra « Je suis occupé » 我有事儿et à vous de comprendre qu’il ne pourra pas vous accompagner.

Comme le disait Sébastien Roussillat, la face chinoise équivaut au fameux « Oui mais non. » français. 我同意可是。。。On pourrait comparer la communication française à une flèche qui atteindrait directement sa cible, à une autre, chinoise, qui ferait le tour de la cible avant d’en atteindre le but.

Il ne s’agit pas de juger, mais simplement de comparer les différents points de vue pour mieux comprendre les cultures respectives de chacun.

Le sujet de la communication est très vaste mais on peut conclure en disant que ce qui rend un échange intéressant pour deux partis dépend de plusieurs facteurs qui vont de la sincérité à la fréquence, l’utilité/but, l’apport et du rapport temps/qualité des informations partagées.

On observe qu’en Chine, les rapports sont plus régis par la notion de « face » Les chinois usent de diplomatie avec patience dû à l’influence Confucianiste, visant à ne jamais mettre l’interlocuteur dans l’embarras. Ce que vous dites à un chinois est important, mais la forme que vous y mettez est d’autant plus importante ! Il y a ce que vous dites, au moment où vous le dîtes et la façon dont vous le dites.

Par exemple, vous éviterez de faire des remarques à votre supérieur au boulot, même si elles vous paraissent pertinentes, si vous tenez une augmentation, il faut parfois faire des concessions 😛  Alors qu’en France on est plus enclin à être direct et la culture de débat et de la rhétorique inscrite dans l’Histoire française, entraîne à un débat disons, quelque peu … argumenté 🙂

Radjaa   马月希

Publicités

4 réflexions sur “France/Chine : quelles habitudes de communication sur les réseaux sociaux ?

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s