Interstellar (2014) #Réflexions autour du film


Depuis le temps qu’on m’en avait parlé, j’ai enfin daigné écrire sur ce film très inspirant. J’avais au début des réticences à le voir parce que les aventures dans l’espace, les robots et les astronautes, n’ont jamais été ma tasse de thé. J’aime beaucoup la science fiction et rêvasser d’un monde meilleur la tête dans la lune et l’esprit nébuleux, est mon passe temps favori … Mais voilà, le film ne m’attirait pas plus que cela. Comme quoi, il ne faut pas trop se fier aux apparences ! A noter que toutes les citations de l’article, sont issues du film.

Interstellar-Affiche

Titre : Interstellar

Année : 2014

Réalisateur : Christopher Nolan

Genre : Science-fiction

La bande-annonce pour se mettre dans l’ambiance ^^

L’histoire, ça parle de quoi ?

En résumé, c’est l’histoire d’un homme, qui se retrouve prisonnier d’une société idéalement paisible (paix factice bien sûr) où le peuple est composé de cultivateurs. On réduit les efforts intellectuels des jeunes gens et le plus important est de nourrir le peuple. « Donner du mais à ces ignares et les divertir pour mieux les endormir » Le pain et les jeux … On ne sait pas vraiment qui gouverne, ni comment. Mais étant donné la situation, la société est futuriste (fin du monde proche) sans être moderne pour autant.

Ainsi, Cooper, ancien pilote de l’espace doit survivre avec sa famille. Il se voit à un moment donné, offrir l’opportunité d’aller explorer l’espace à la recherche d’une seconde terre d’asile pour les terriens.

Va-t-il saisir cette occasion ? Va-t-il délaisser sa famille pour son rêve d’explorateur ? Peut-on se permettre de vivre ses rêves, peu importe le prix ? Les tâches à responsabilité, sont-elles toujours dans un but noble, pour le bien commun, ou inonde-t-on la société de belles intentions en reléguant ce qui dérange aux placards des archives ? Quel est le sens du voyage ?

Réalisation et acteurs

J’ai tout de suite apprécié le film à la vue de Annah Hathaway *_* (qui a joué dans le diable s’habille en Prada, l’accro au shopping et pleins d’autres films girly que j’adore comme ça^^) J’ai aussi été bluffée par la réalisation du film, les scènes dans l’espace font rêver. On s’y croirait tellement !

anne hathaway

Enfin, ce qui fait partie du charme du film, est l’équilibre subtil entre des dialogues recherchés, mais qui restent peu nombreux, ainsi que les magnifiques musiques qui contribuent indéniablement à la magie de l’œuvre. On est loin du film avec un scénario très pauvre durant lesquels les personnages blablatent tout le long, ni du film quasi-silencieux, qui met les nerfs à bout parce que l’on doit tout déduire soi-même.

Réflexions autour du film (Ma partie préférée de l’article oui oui!)

Pour la partie qui suit, je vous déconseille de lire si vous n’avez pas vu le film : 1- Premièrement parce que vous ne comprendrez sûrement pas toute la portée des explications. 2- Pas envie d’être source de spoil. Tout en sachant que 3 – Je ne suis pas responsable si vous poursuivez, à vos risques et périls. :D

En science, il faut savoir reconnaître ce qu’on ignore.

On peut se servir de cette première citation issue du film, dans la vraie vie. Admettre qu’on a tort, qu’on ne connaît pas tout, que certaines situations nous échappent, ça peut énormément aider. C’est comme quelqu’un de dépressif qui veut sortir de son état : pour en sortir, il doit partir d’un point de départ. Ce point là, ça peut justement être de se dire que « je suis à l’ouest. »

  • La démarche scientifique

Quelque chose d’intriguant : ce film plaira sûrement aux esprits les plus cartésiens, mais aussi aux rêveurs .. En résumé, la pensée scientifique, c’est une analyse méthodique des causes et processus. Comprendre le pourquoi du comment en ne se basant que sur des faits préalablement eux-mêmes démontrés.

« Méfie-toi des bonnes actions commises pour de mauvaises raisons. Le pourquoi de la chose, c’est ça la base. Et la base doit être solide. »

« C’est une imposture, une mission dont eux-mêmes ne savent pas les tenants et les aboutissants. »

A toi de te dépatouiller, je ne serais pas toujours là pour t’aider. 

Cooper dit cela à son fils cf Importance de l’autonomie et de l’indépendance. Compter sur soi, apprendre à avoir confiance en soi, c’est d’abord grandir pour mieux ensuite ce tourner vers les autres. Le problème de notre société actuelle, c’est qu’on nous assiste et materne tellement que ces facultés-là, se perdent. On fait face à des enfants-rois … Parfois, il faut se mettre des claques (sens imagé hein^^) et de se réveiller en se rendant à l’évidence, même si ça fait mal : les personnes sur qui on peut compter, sont rares. Donc autant ne compter que sur soi en n’attendant rien, de personne.

Une image un peu trop dure de la réalité ? Non, plutôt réaliste. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une famille chaleureuse et des amis qui vous soutiennent (je ne parle pas pour mon cas, pour ma part, je suis très bien entourée 🙂 Mais il y a une différence entre, s’appuyer sur quelqu’un pour garder l’équilibre, et apprendre à marcher seul, pour s’accompagner de quelqu’un ensuite.

Cela ne veut pas dire que ce qui est mauvais, va arriver. Mais ça veut juste dire que ce qui doit arriver, devra arriver. Loi de Murphy

article-2630800-1DEB3E2D00000578-279_634x264

J’aime bien ce théorème parce qu’il permet de tout relativiser. Sans tomber dans un discours fataliste et se dire « de toute façon, cela devait arriver. »

«Ah oui, j’ai perdu mes clés, cela devait arriver de toute façon.» Ben ouais mais, il faut peut-être plus surveiller ses affaires quoi ^^ Ce petit exemple pour illustrer, qu’on a des choses à faire, et qu’il faut les faire, se donner les moyens d’arriver à ce quoi on aspire. Utiliser toutes les ressources disponibles. Ensuite, les résultats ? On en est pas responsable. Il faut faire ce qu’il y a de mieux à faire, le reste, c’est un fardeau qui ne nous incombe pas.

Pour certains, c’est le pouvoir divin, la providence, mère nature, le destin, le hasard ou même tout simplement ‘la vie’. Peu importe, ce en quoi vous croyez, le plus important est de se sentir bien dans ses baskets. Personnellement, j’ai la certitude que le passé ne reviendra pas, que ce qui est déjà fait était sans doute déjà tout tracé.

Mais avant que le passé ne soit relégué aux archives, le présent s’écrit dans son propre présent. Et dans cet infime espace-temps qui nous est offert, nous avons des choix à faire. Des choix limités, certes, mais des choix quand même. Alors quelque soit votre vision des choses, une chose est sûre :il faut agir. Parce que c’est votre vie. Elle vous appartient un minimum et elle ne reviendra pas.

Moi où l’art de faire de la P.N.L. Remixée avec une analyse de film.:P L’article va encore être long d’ailleurs. Il ne sera pas fini, tant que je n’aurai pas dit tout ce que j’ai à dire^^

Il faut qu’il apprenne à s’adapter, comme tout un chacun. 

Cooper parle encore de son fils qui doit reprendre la ferme familiale. L’être humain est doté d’une capacité qui lui permet en général, de faire face à presque toutes les situations. L’adaptabilité. Mais, au même titre que l’autonomie, c’est une capacité qui doit se développer avec le temps et les opportunités.

Un parallèle avec mon voyage en Chine actuellement : sans l’adaptation, je n’aurai pas survécu. S’adapter c’est, questionner sa culture, son paradigme (j’adore ce mot!) de pensée et voir à travers les yeux de quelqu’un d’autre. Pour ainsi mieux recalibrer sa propre vision, ajuster les choses pour mieux avancer. S’adapter, ne se fait pas sans ruptures. C’est difficile car faut ouvrir sa coquille pour aller vers un autre monde. Mais sans cela, on ne peut pas changer et évoluer. Et sans le changement, quel qu’il soit, on ne grandit pas. « Les accidents sont la loi de base de l’évolution. 

L’éducation bloque les étudiants avant même de leur laisser une chance Tom. 

Cela se saurait Cooper, si l’argent du gouvernement, allait à la fac. 

Questionnement sur le système éducatif, autant dans le film que dans la vraie vie. On a l’impression que le système, s’entête à créer des moutons pensants. Il pousse au recrachage des notions apprises pour mieux stopper et limiter la créativité de chacun. Mais en chaque personne recèle tout un monde. Chaque enfant est unique. Mais, s’il sort de la norme, cf ‘esprit divergent’ , soit il est marginalisé, soit s’il a un peu de chance, on le qualifiera de surdoué, d’intello ou bien de précoce. Et encore, j’utilise « chance » volontairement, avec ironie.

Je comprends mieux maintenant, pourquoi durant toute ma scolarité, mes notes ne volaient pas haut. Je n’étais pas mauvaise élève, mais pas parmi les premiers non plus. Alors que je travaillais parfois doublement qu’eux. Mon problème donc ? Ma façon de vouloir tout questionner, tout comprendre, ma curiosité et mon intérêt pour presque tout. Tant que je peux analyser quelque chose et que ça m’apporte, je le fais. Or, à l’école, la curiosité créative, on s’en moquait pas mal. « Oh pourquoi tu fais le tour de la France, alors que pour aller à Paris, tu as un trajet direct ? »

Parce que je veux qu’on m’apprenne comment trouver la solution par moi-même au lieu de m’imposer des solutions. Et puis parce que je veux explorer tout ce que je peux. Comme le dit l’un des personnages du film « Il faut expliquer la Terre aux enfants, et non leur dire comment la fuir. »

C’est comme si l’on avait oublié qui on était.

Cette phrase m’a marquée. Il est si facile en effet, de se perdre dans ses rêves, ses buts et ses projets, que l’on en oublie qui nous sommes. Mais a-t-on jamais vraiment su qui nous étions ? Je dis « nous » en parlant d’un point de vue universel.

Tout change et fluctue, aucune constante chez l’humain. Alors sur quoi se baser pour se définir soi-même ? Sommes-nous des cœurs battants, des âmes tantôt somnolentes, tantôt vibrantes, des squelettes morts depuis des décennies, ou bien encore des esprits errants dans le néant de l’espace ?

Avant, c’était Noël tous les jours. Chaque jour, on découvrait quelque chose.

Le référence à « l’avant » peut pointer du doigt la société actuelle. Il suffit d’ouvrir un nouveau livre, de se connecter ou bien encore de rencontrer des gens pour avoir de nouvelles idées. Il est curieux d’observer, de quelle façon, la société inhibe nos facultés. (concentration …) Alors que tout est à portée de main. Essayer chaque jour d’apprendre quelque chose de nouveau, sur soi, sur le monde, peu importe, est un immense cadeau et une source de satisfaction non négligeable pour qui sait quoi chercher.

Cette phrase m’a aussi fait sourire, car pour moi, il suffit que l’on m’inspire une nouvelle idée, un nouveau concept et hop, mon esprit enclenché et je suis toute joie ! C’est peut-être ça, grandir tout en gardant son âme d’enfant, se réjouir pour peu de chose. S’étonner de tout.

Grandir, c’est aussi savoir que son père ne connaît pas tout et qu’il n’a pas réponse à tout. Tom a un fardeau trop grand à porter quand il devient fermier très tôt. «Mais on ne sait pas ce que la vie nous réserve.»

Dans le temps, on levait les yeux en se cherchant une place parmi les étoiles. Et là, on se contente de baisser les yeux en tentant de trouver une place dans la gadoue.

Ce que dit Cooper est alarmant. Je ne pourrais pas faire de généralités, je n’ai pas assez vécu pour me le permettre. Mais j’ai la vague impression que de plus en plus de personnes veulent seulement vivre et survivre. Métro, boulot, dodo. On nous interdit de rêver à quelque chose de plus grand que soi. Comme si tout était déjà de toute façon orchestré et qu’on n’y pouvait rien. Ah la politique ? A quoi bon voter ? Tous des corrompus. Ah l’écologie ? Ben de toute façon, tout est déjà très pollué.

Le problème vient du fait qu’en nous faisant croire que la gadoue est la norme, plus personne ne lève les yeux vers les étoiles. Et les rares personnes qui le font, sont étranges, trop optimistes, trop rêveuses, pas assez réalistes.

Avec le temps, j’ai bien peur de devenir une personne qui, se rendant compte que les étoiles sont trop inaccessibles, finisse par se noyer dans la gadoue. Plus je grandis, plus je vois le monde tel qu’il est et je me questionne sur comment créer un pont pour accéder aux étoiles … Des idées ? 🙂

Quand je parle de « rêves » cela est synonyme d’ambition et de motivation. Je pense que chaque personne à en soi, des projets suffisamment grands et beaux pour être réalisés. Le seul souci ? La gadoue et les personnes qui vous influencent en vous disant que de toute façon, les étoiles, c’est pour les gosses.

Quant on est parents, on devient le fantôme de l’avenir de ses enfants.

Les parents transfèrent-ils automatiquement leurs rêves sur leurs enfants ? Cooper évoque l’avenir de son fils avec le professeur Tom. Il veut autre chose pour lui qu’un simple avenir de cultivateur. Il le verrait comme ingénieur exc.… Cela m’a fait réfléchir sur la transmission des rêves des parents sur les enfants. A mon avis, les parents doivent noter que les enfants, même s’ils sont sous leur autorité et responsabilité, ne leurs appartiennent pas. Et que chaque enfant, est à monde à laisser évoluer et grandir dans le sens qu’il ou elle veut.

On impose trop souvent aux enfants, alors tu as le choix (de façon très communiste en fait) tu peux devenir médecin, avocat, ingénieur et puis c’est tout ! On ne laisse pas l’enfant explorer et découvrir. Comment je peux savoir ce que je veux si je n’ai pas testé pleins de choses avant ? Comment peut-on choisir quelque chose qu’on ne connaît pas et dont on a même pas conscience de son existence ?

Par la suite, Cooper clos avec son fils en lui disant tout simplement que «Tout ce qui m’importe, c’est ce que ça t’inspires, à toi.»

Je pense qu’énormément de personnes ont des dons, mais ils ou elles ne le savent pas, pourquoi ? Parce que cette partie-là de leur personnalité n’a pas eu l’occasion de s’exprimer. A force de mutisme, les facultés se perdent. Une citation du film également «Il avait un don, mais il n’a pas eu l’occasion de le mettre en pratique.»

Autre chose que j’ai bien aimé dans le film, l’originalité du fait que les personnages principaux soient une famille, un père et ses enfants. Enfin un film qui présente une famille soudée. Loin des clichés revus et déjà revisités du type, «allez on va aller entre amis ou entre amoureux à la conquête de l’espace tiens !»

MM%20and%20MC

Cooper : « ll faut que je recolle les morceaux pour pouvoir partir. »

Murphy : « Alors je les briserai pour que tu restes. »

La mission Lazare … C’est réjouissant, d’accord il en est revenu, mais pour cela, il a fallu qu’il meurt.

Evidemment, je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle avec … Les vampires. Rangez vos flingues haha. Je m’explique : les vampires sont revenus presque indemnes de la mort …

En tout cas, si l’on en revient au film, on peut noter qu‘aucune grande œuvre, ne peut se faire sans risques, ni sans sacrifices. Comme me l’a dit une amie « Les choses les plus belles, ne se font jamais sans grandes difficultés. »

Si quelque chose vous a envoyé ici, ce n’est pas sans raison.

Je suis d’avis que chaque rencontre, chaque chose qui nous arrive, à un sens. On n’en comprend la signification que bien après. Et parfois, jamais. Certaines choses nous dépassent et on ne peut pas les expliquer. Les mystères de la vie sans doute … « La réponse est juste là, mais pas moyen de la voir … Un début de piste ? Une impression, un fantôme. »

C’est arrivé pile quand on n’en avait besoin.

Mis à part parler du principe des synchronicités, je ne sais pas quoi dire d’autre. Voir article #Une journée Parfaite. Il est ironique de constater le curieux timing de la vie. Et avoir la certitude que tout finira par arriver au bon moment, c’est rassurant^^

« Et si vous ne trouvez pas les moyens de les sauver ? Cela s’appelle le courage. » Entre le courage et la folie, il n’y a qu’un pas.

  • « Vous me demandez de tout jouer et de miser sur ‘un presque’ ?! »

  • « Je vous demande de me faire confiance. »

Autant dire que Cooper s’en ai mordu les doigts, mais quand même, s’il n’avait pas accordé sa confiance au vieux, il n’aurait pas eu l’occasion de voyager donc bon. On le lui pardonne ^^

J’ai fait une promesse, que je ne suis pas sûr de pouvoir tenir.

Cooper reproduit le même mensonge envers sa fille, que celui du vieux scientifique envers toute l’humanité dans le film. Tout deux veulent protéger ceux qu’ils aiment en leur masquant la vérité. Cooper cache qu’il n’est pas sûr de revenir.

«  – Le jour où l’on devient parent. On veut tout faire pour que ses enfants se sentent à l’abri.

  • Mais, Il faut sauver le monde.

  • Non, hors de question de lui dire que le monde est fichu. »

Et le vieux chef de la N.A.S.A., cache que son équation est faussée depuis le début car il voulait donner de l’espoir aux gens.

On a déjà essayé cette théorie plus de 100 fois, Professeur.

Il suffit que cela marche une fois, Murphy. 

Je ne peux pas juger son acte car peut-être à sa place, j’aurai fait la même chose (la fille qui se croit à fond dans le film haha) Mais je sais aussi que l’espoir peut tuer. C’est comme une étincelle à double tranchant, une lumière réchauffante, un cocon réconfortant ou alors un éclair foudroyant qui réveille un bon coup. «Hurles, à l’agonie de la lumière.»

Faut-il préférer une vérité douloureuse à un mensonge protecteur ?

Pour ma part, je préfère une sincérité acérée aux cachotteries mielleuses. Mais le robot du film me répondrait que « La franchise absolue n’est pas toujours le mode de communication le plus diplomatique, ni le plus sûr. Surtout avec des êtres émotifs. »

En parlant d’Annah, je ne sais pas si c’est mon esprit féministe ou si je vais trop loin mais … C’est la seule femme de l’aventure. Et bien sûr, on ne pouvait pas montrer une femme qui réussit pleinement sans faire de sous-entendus dû à son genre : elle s’occupe des bombes démographiques comme d’un milliard de petits à couver …

Mais malgré cette petite critique, elle fait partie de mes personnages préférés ! Sa tirade sur l’amour est mon moment préféré du film ! Magnifique.

L’amour est observable et tout puissant. il a forcément un sens – nous aimons nos morts, pourquoi ? Il n’y a aucune utilité sociale pourtant. Peut-être que l’amour a un sens plus profond et que nous ne pouvons pas encore le comprendre. Comme la marque d’une dimension supérieure pas encore accessible… Comment est-ce possible d’avoir des sentiments pour un homme que je n’ai pas vu depuis 10 ans ? De toutes les choses que nous percevons, seul l’amour transcende les dimensions temporelles et spatiales. Il nous pousse à accepter en confiance ce qu’on ne saisit pas encore.

interstellar-anne

  • L’évolution des personnages et la symbolique du voyage Interstellaire.

Cooper est le héros typique qui veut sacrifier sa vie pour sa famille. Même si ce sacrifice n’est pas que philanthropique étant donné qu’il joue une pierre en deux coups, en réalisant son rêve de repartir dans l’espace. « Pour aller quelque part, les humains n’ont pas trouvé un autre moyen que de sacrifier quelque chose. »

La seule chose que je n’ai pas aimé chez lui, c’est le moment où en bon samaritain, il sauve l’autre idiot de l’expérience Lazare. Cooper aurait été un personnage un peu plus humain et crédible à mon sens, si justement, il l’avait laissé crever. Tous les ‘bons’ héros sont-ils forcément philanthropes ? Enfin, de façon générale, plus les personnages deviennent âgés, plus ils s’assagissent. On remarque qu’au fil du temps, les personnalités de chacun se confirment.

Cette plongée virtuelle dans l’espace, fait relativiser le spectateur quant à sa condition de terrien. Il y a dans l’immensité de l’univers, une puissance manifeste qui dépasse notre petitesse d’humains nombrilistes. Se croyant en droit de tout faire pour peu que la richesse leur saute aux mains et que le pouvoir prenne possession de leur cœur.

« En nous enfonçant dans l’univers, on doit affronter la réalité du voyage – se projeter au-delà de notre propre existence. Pas en tant qu’individu mais en tant qu’espèce. »

La symbolique derrière le voyage est très captivante. Quand on voyage, que prend-t-on avec soi ? Le plus important. Les astronautes en partant à la recherche d’autres horizons, ne prennent que le minimum et délaissent tout derrière eux, car ils se doutent qu’ils ne reviendront sans doute jamais. Le nom de leur vaisseau est « endurance » // s’armer de patience quand on part à l’aventure vers l’inconnu.

« Observer par delà l’horizon est impossible, le mystère est complet. »

Un parallèle avec la vie, la fin de vie, la mort … Que nous vivons où que nous mourrons, rien n’est stable, aucun état n’est garanti et tout peut partir en fumée d’une seconde à l’autre. Alors que reste-t-il ? En quelles convictions stables placer une confiance implacable ?

We are always a traveller … As Yasmin Mogahed said …

  • Un peu de physique quantique et de relativité !

Quelques notions évoquées à travers ce film. Pour toute correction ou précision, les commentaires sont ouverts. Je me lance donc sur quelques petites choses apprises en vrac^^

  • Un trou de vers crée un trouble de l’espace temps, qui permet le passage vers une autre galaxie. Un trou de vers peut ouvrir un raccourci entre deux dimensions, en créant ainsi une dimension supérieure. // Un et un font trois : deux personnes et une relation.

  • Un cercle en trois dimensions c’est quoi ? Une sphère.

  • 1h sur Gargantua équivaut à 7h sur Terre. Le temps dans sa perception, est une création humaine. Il est toujours présent, mais tout dépend de la façon dont nous le percevons. Le temps peu s’étirer où se raccourcir, mais en aucun cas il peut faire marche arrière. La seule chose capable de traverser le temps, c’est la gravité. Le temps se forme quand il y a une déformation de la gravité par un poids. Sans poids, il n’y a pas de temps. Mais la gravité peut exister, elle n’a pas besoin du temps, ni du poids.

  • Notre dimension actuelle est délimitée par le temps. Le temps, c’est nous. Finalement, le temps c’est juste le paramètre intersidéral que l’Homme a choisi pour mesurer l’évolution de son espace. L’Homme a régulé sa dimension par des chiffres. Coder le temps permet de le paramétrer mais on ne peut pas le manipuler à notre guise.

  • On ne peut pas la dépasser la vitesse de la lumière car la masse est trop surchargée par son poids qui fait effet sur la gravité qui la retient.

  • Un espace-temps se compose de façon imagée de : lumière (peinture du plafond) + gravité (le sol) + le temps (les murs)

  • Si le temps est malléable, l’espace-temps l’est aussi, ainsi que les ondes gravitationnelles. Selon la théorie de Thorne quand il y a un poids sur la gravité, elle se déforme et sa déformation induit également celle du temps. Selon la théorie dans le film, on peut déformer la gravitation dans le temps de façon à ce que l’on puisse (utopiquement) maîtriser la gravitation sauf qu’en réalité, on ne peut pas déformer la gravitation sans déformer le temps.

  • Questions en ouverture : Qu’en pensez-vous ?

Je conclus sur le film : je le place indéniablement dans ma liste des films préférés. C’est un film très spécial qui demande pas mal de réflexion, c’est beaucoup plus qu’un simple divertissement. La fin demeure énigmatique et il convient à chacun de laisser son imagination vagabonder.

Pour ma part, je pense que le vaisseau de Cooper brûlait en même temps que son atterrissage sur Terre à vitesse grand V. Il est donc décédé et les 5 dernières minutes du film ne sont qu’illusion des derniers instants de son esprit. La fin est là pour rassurer les spectateurs, jusqu’au bout. Ainsi le réalisateur n’aura fait que répéter le même scénario de protection infantile que Cooper et les autres … Who knows ?

Peut-on réellement envisager une exploration humaine d’autres galaxies et de l’espace ? Si on admet que oui, et que une terre potentiellement habitable par l’Homme existe, pensez-vous que le transfert de toute la population mondiale est possible ? Je sais bien que tout ceci est utopique, voir pas du tout réalisable, mais Miss-Questions pourrait être mon surnom alors autant en profiter 🙂

Pourquoi le thème de la fin du monde est-il tellement présent ces dernières années plus particulièrement ? (Films, romans, séries …) Parle-t-on de ce qui nous fait peur pour mieux se rassurer et se dire qu’en ayant exploré toutes les possibilités, c’est comme si, d’une certaine manière, on maîtrisait le problème ?

« La théorie concernant le plan A n’est pas terminée, d’où il y a un plan B. »

Absurde quand même non ? Si le plan A n’est pas peaufiné, autant le terminer avant de réfléchir sur autre chose. Ou alors le plan B ne sert à qu’à camoufler les manquements du plan A ? Une roue de secours parce que la roue de la voiture est crevée …

« La Terre. Elle n’est pas qu’à nous, mais on s’y sent comme chez soi …. L’Homme est né sur Terre, rien ne l’oblige à y mourir. »

Croyez-vous que la Terre nous appartient vraiment ? Comment expliquer la décadence mondiale généralisée ? Tout va t-il désormais aller de pire en pire ? Peut-on vraiment se donner les moyens d’améliorer le monde actuel ou n’est-ce une entreprise vaine, vouée à l’échec d’avance ?

Je me suis vraiment amusée à écrire cet article, j’espère qu’il vous plaira ! Merci d’avoir lu en tout cas!

Radja

  • Rien ne s’est passé comme prévu.

  • L’instinct de survie en tant qu’humain, est notre première source d’inspiration.

  • Ne me jugez pas, peu d’hommes ont été éprouvés comme moi.

  • Ça n’est pas possible, en effet. C’est obligatoire.

  • Ils ne nous ont pas conduits ici pour changer le passé. Nous sommes arrivés ici tous seuls.

  • Je veux savoir où l’on est et où l’on va.

Publicités

8 réflexions sur “Interstellar (2014) #Réflexions autour du film

  1. Je ne l’ai toujours pas vu malgré les très nombreuses bonnes critiques, il ne m’attire pas plus que cela même si j’ai envie de me faire ma propre opinion. Je n’aime pas vraiment Anne Hataway en plus mais je le verrai surement =)

    • Regardes le quand tu en auras envie et puis rien ne t’y obliges. Cela fait 6 mois qu’on m’en avait parlé, mais je n’étais pas prête à le voir. Parfois il faut bien prendre son temps, pour ensuite savourer une œuvre. Si je l’avais vu à ce moment-là, l’article aurait été sans doute moins fourni et différent …Merci encore pour ton commentaire ! 😀

  2. Pingback: Constance où es-tu ? | Plume d'Ameth

  3. Votre article est un reflet assez fidèle du film : ça part dans tous les sens et on n’y comprend pas grand chose mais on se dit, à ma fin, que c’était bien intéressant.

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s