Entre Dictatures Et Démocraties, Lettre Ouverte Au Monde – Concours Journalistique 2014


Article rédigé dans le cadre d’un concours d’écriture journalistique annuel et national organisé par Le Monde Diplomatique. Les résultats sont tombés, mon texte n’a pas été sélectionné mais ce fut quand même un beau challenge. Merci à toutes les personnes qui m’ont encouragée.

A lire en écoutant cette musique

Le devoir de tout journaliste est le témoignage. Mais aujourd’hui ce n’est pas à ce titre que je veux témoigner. Les lignes qui suivront sont des propos confidentiels que j’ai recueillis. A l’heure d’une mondialisation pressante, d’une société au rythme de vie de plus en plus accéléré et d’un capitalisme intéressé, le temps est venu de comprendre et d’analyser ce que les Grands de notre monde pensent vraiment. Se joueraient-ils de nous à notre insu ?

Suite aux modalités d’invitation auxquelles I. Répondit à E., le débat commença :

E. : “Bien, parlons, depuis longtemps on tente de nous séparer et de créer des divergences qui n’ont pas lieu d’être entre nous n’est-ce-pas ? Ah ! Si ces humains savaient ce qu’il en est vraiment de la politique …

I. : En effet s’ils savaient que ce n’est qu’un jeu pour nous, un test pour traiter de nos différentes affaires. Par ailleurs, si l’on dispose d’armées sans pouvoir en disposer à notre guise, où va le monde? On doit pouvoir tout en conservant les apparences, agir pour le Grande Œuvre.

E. : Parlons-nous du même projet très cher ?

I. : Oui je crois que si vous m’avez invité c’est que vous servez cette cause aussi car Il ne laisse guère le choix que la mort à celui qui dévoile ces arrières … Le Grand C. …

E. : Oui en effet le Grand C. Qui nous autorise à faire ce que bon nous semble du moment que tout baigne pour Lui. D’ailleurs vous parliez de conserver les apparences, mais quels sont les moyens utilisés précisément ? Car j’ai entendu dire que la répression est de mise chez vous pour quiconque ne respecte pas les idées du Parti.

I. : C’est cela oui.

E. : Mais quelles apparences sauvez-vous donc si votre peuple tout entier sait comment vous traitez les dissidents ?

I. : On sauve ce qui importe, c’est-à-dire qu’au même moment où nous torturons ceux qui réfléchissent, nous faisons croire au reste que notre clémence est grande et qu’ils ne subiront pas le même sort pour peu qu’ils restent tranquilles : travailler, manger et survivre. Je tiens mon peuple sous le joug de la peur et de la terreur, ceci lui inspire respect de ma personne, comme vous le voyez : il me vouerait presque un Culte.

E. : Oui, un culte de la personnalité; vous usez fort bien de la propagande certes, mais j’ai trouvé mieux.

I. : Vraiment ? (d’un air sceptique)

E. : L’un des humains les plus intelligents de son époque à écrit sur nous, mais heureusement que peu de gens lisent de nos jours sinon nous aurions été démasqués depuis longtemps … Ce Prince de Machiavel; disait : « quiconque devient maître d’une ville accoutumée à jouir de liberté et qui ne la détruit pas, doit s’attendre à être détruit par elle. Dans toutes les révoltes, il y a toujours le cri de la liberté pour ralliement et pour refuge »1

Et voici donc notre moyen de faire pression : créer l’illusion ! Créez l’illusion d’un état libre, de citoyens souverains, donnez leur « du pain et des jeux » et laissez-les, vous verrez, ils se détourneront tous du fait politique. Multipliez les moyens de divertissement qui iront tout droit dans la poche de C … (et que vous présentez comme un bonus auprès de Lui au cas où les guerres ne vous alimenteront plus assez.) Inventez une drogue passive et enjolivée qui permet de les surveiller à distance, flattez leur ego et ils dévoileront leurs plus vils secrets. Telle est la loi de la Démocratie : apparences trompeuses et liberté fallacieuse.

I. : Ce que vous présentez là dépasse mes espérances. Moi qui espérais être le Chef de la Tyrannie, vous m’avez fort bien surpassé sur ce terrain. Mais, très chère …

E. : Chuuut! Les Drones arrivent pour nous servir, veuillez recouvrir votre masque d’impassibilité !

Drone1 avez-vous de nouvelles informations à nous transmettre ?

Drone1 : Oui, il semblerait que certains humains commencent à semer la zizanie et à parler de fausse démocratie, de société libérale oppressive et de rébellion. C’est tout ce que signale le rapport des dernières vingt-quatre heures.

E. : Rien de positif à signaler donc ?

Drone1 : Seulement le fait que de plus en plus d’humains s’approchent de l’état dronique et que vos derniers amusements tels que l’utilisation charnelle des corps sans limites, les ondes virtuelles et de l’arme Ethernet fonctionnent à merveille. Seul vingt pour cent de la population mondiale nous pose encore problème : elle réfléchit encore malgré les ondes soporifiques émises par la télévision et les drogues alimentaires. »

Drone2 leur servit le thé puis repartit, I. Qui était resté de marbre durant ce temps, s’esclaffe: “la couleur de ce thé me rappelle les carnages qui sévissent au même moment où nous parlons, et le goût en est exquis. Puis, simulant l’effet de la sensation amère: « enfin, nous récoltons les fruits de ce dur labeur; berner ces moutons n’aura pas été une mince affaire. »

E. : « Vous me flattez, et le pire c’est que ces nigauds d’humains me prennent pour le bon samaritain alors que mon thé est imbibé de leur défaite, que mon bain est teinté de leur tristesse et que mes draps sont imprégnés de leur sang … Ah les guerres ! Quel beau divertissement !

I. : Nous n’avons même plus à nous salir les mains, ils s’entretuent de leur propre chef, à l’exception de ces rebelles qui luttent contre l’ordre que nous avons établi. La classe dirigeante ne doit pas laisser son pouvoir glisser entre les mains de ces idiots qui ne savent ni se divertir, ni se réjouir du malheur des autres. A quoi servent les bons sentiments quand on peut contempler le fléau que nous avons engendré ?

Toutes sont des expériences pour le Grande Œuvre qui se prépare. Les guerres mondiales ? Des bagatelles ! Et ces bons gens s’inspirant de Mandela qui disent qu’elles ne sont pas nées avec une faim de liberté mais qu’ils sont nés libres2, je leur montre moi, au quotidien avec mes médias que le seul vrai pouvoir qui existe et qui est en droit d’exister est celui de la Dictature.

E. : Ah les beaux discours … Le fait politique aliène n’est-ce-pas ? Et si nous étions que les simples marionnettes du Grand C … Imaginez-vous un peu ?

I. : Allons allons, arrêtez de vous faire un sang d’encre, retournons à nos jeux de guerres et parlons stratégies, je vous céderais cette partie du globe si vous me donnez accès à la mine de pétrole …. “

       Et voici comment s’achèvent les propos de Monsieur Dictature (I.) et de Madame Démocratie (E.) au service du Capitalisme (le Grand C.) Au même moment les plus riches voient leurs conditions de vie évoluer, les guerres sévissent. Peu importe leur nom : civiles ou religieuses, la seule vérité est qu’elles ont lieu uniquement pour satisfaire les intérêts de quelques poignées de technocrates cachés dans l’ombre.

On flatte les présidents potiches en les engraissant avec de l’argent. Mais la vie d’un homme, d’une femme, d’un enfant, des souvenirs, des rêves, ont-ils un prix ? Les firmes amassent les capitaux alors que dans les plus grandes métropoles les écarts de richesse, les inégalités creusent les bidonvilles un peu plus chaque jour.

Tout ça pourquoi ? L’Homme n’est-il pas capable de ne pas s’auto-détruire ? Pour satisfaire des gens qui font pression, des firmes dont les capitaux dépassent ceux de certains états et des états qui ne se gèrent même plus eux-mêmes, mais qui dépendent du « qu’en-dira-t-on » international ….

Une géopolitique frissonnante, une politique dégoulinante … Pendant que les politiques sont victimes de leurs frivolités, le peuple se meurt dans l’indifférence totale. Car même s’il n’existe pas de guerre directe chez nous, les esprits s’éteignent et la morale se fane. La société classe tout, comme si dans les prisons les détenus mourants n’étaient que des chiffres pour remplir des formulaires.

Il n’est plus le temps d’un débat théorique : Démocratie, Capitalisme, Dictature, Communisme, peu importe au final le système du moment que le respect de chacun est garanti sans que d’autres en pâtissent. Il est temps de réfléchir et de se réveiller de ce sommeil d’habitués.

Notre liberté est la responsabilité de tous, ne dénigrons pas d’autres peuples pour peu qu’on puisse gagner le « gros lot » sur leur dos.  Et quel est ce développement et cette soi-disant modernité qui nous soumet à des représentations symboliques pour mieux répondre au besoin des oligarques ? Une volonté de démocratie ? Mais quelle démocratie quand seuls existent des régimes qui sans pour autant encourager les dictatures, ne s’y opposent pas fermement ?

Le temps d’un soulèvement global aux conséquences inachevées est révolu et le temps de la révolte à faibles conséquences est nécessaire mais insuffisant. Il est l’heure d’une révolution au delà des apparences, d’une vraie : celle des cœurs et de l’esprit.

Malheureusement, il y a encore trop de gens endormis, qui se reposent sur le train-train quotidien en oubliant qu’une injustice qui touche un humain aura des conséquences à long terme sur nous tous. Consternée de voir tant de passivité dans le monde par des gens uniquement intéressés par leur confort quotidien ! Cessons ce sommeil protecteur et osons le dialogue polémique en nous libérant du carcan de préjugés qui obstruent notre vision des choses !

C’est ainsi que mon témoignage se clos, rappelons nous juste que  la lucidité fertile est préférable au sommeil infantile.

Pour eux, pour elles,

Pour vous, pour nous,

Pour toi, pour moi,

Au nom de notre humanité !

Radja Abdelsadok

1 Machiavel, Le prince, ibid., chap.V,p.25.

2 Un long chemin vers la liberté, Mandela.

Publicités

Une réflexion sur “Entre Dictatures Et Démocraties, Lettre Ouverte Au Monde – Concours Journalistique 2014

  1. Pingback: Quand science sans conscience ruine la France – Réflexion | Plume d'Ameth - Lectures philoloufoques

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s