Le Hobbit 2 : La Désolation De Smaug – Analyse Du Film


A lire en écoutant I see fire – Ed Sheeran

@ Marie Cerise et tous les fans de l’oeuvre Tolkienesque,

Je sais que je m’attaque à quelque chose de plus gros que moi,
‘non Smaug le magnifique ne me manges pas’: P
Toutes les citations sont issues du film, oui je prenais des notes au cinéma ^^
Bonne lecture !
ATTENTION SPOILER : cet article est réservé aux personnes qui ont déjà VU le film 

Casting 

Ceci est le deuxième film de la trilogie dirigée par Peter Jackson, adaptée de l’oeuvre de J.R.R. Tolkien . Après Le Hobbit : Un voyage inattendu sorti en France le 12 Décembre 2012, les aventures du Hobbit Bilbon Sacquet se poursuivent en 2013 …

549200_700025883351689_532357347_n

Les acteurs principaux sont Sir Ian McKellen dans le rôle de Gandalf le gris, Martin John C. Freeman dans l’interprétation de Bilbon Sacquet et Richard Armitage dans l’incarnation du Roi des Nains, Thorin  Oakenshield.

Résumé

Dans un registre Fantastique, la Saga de Tolkien connait une renommée sans précédent, ainsi se poursuivent les quêtes sous l’égide de Gandalf le Gris. Cette fois il part à la conquête du royaume d’Erebor avec les Nains et Bibon sera de l’aventure en aidant le Roi Thorin à reprendre son trône.

Sauf bémol : Pour pouvoir réunir les différentes tribus des Nains, il va falloir retrouver l’Arkenstone (ou Pierre Arcane, qui n’apparaît que brièvement dans le film d’ailleurs) se trouvant dans l’antre du grand Dragon Smaug (interprété par Benedict Cumberbtach)

Arkenstone

Arkenstone

Réalisation

L’aventure débute avec une explication claire et précise de la quête, de son origine, on comprend très bien le but de l’intrigue du récit.

Cependant, la mise en place du récit prend du temps. La réalisation des plans, la prestation des acteurs est saluée. Mais les couleurs trop criardes des paysages cassent parfois le décor surtout quand on passe d’un plan sombre/tamisé par le feu de braise à un plan vert criard avec des vaches dans un pré !

De plus, l’utilisation de la 3D n’a pas trop d’importance dans ce film. Cela fait plus mal aux yeux qu’autre chose : quel intérêt de faire toute une production 3D si c’est pour au final n’être utile que pendant 10 minutes maximum ? (cf scène du frelon, de la tête coupée, des tonneaux et des araignées) D’ailleurs en parlant d’araignées … Elles ne sont pas très convaincantes, je préfère celles d’Harry Potter et la Chambre des Secrets -J.K.Rowling La seule chose qui les rend impressionnantes est le grand écran ^^

Néanmoins, malgré ces critiques, la scène des tonneaux est rudement bien réalisée !

tonneaux-en-liberte-hobbit-film

Après l’autre chose qui dérange est l’amas de coïncidences dans le film, par exemple lors de la scène des tonneaux, la passerelle se referme, il ne reste que Bilbon chez les Elfes, les gardes arrivent, Bilbon les regarde, le temps s’arrête et nous on est là devant à paniquer  » mais purée de cacahuète va te cacher !!! «  et là comme par hasard en une fraction de seconde, il tourne la manivelle, saute de la passerelle à la rivière, pour tomber directement dans l’un des tonneaux de ses amis.

Autres Coïncidences remarquées

1- Lors de la mort probable de Kili (neveu de Thorin) comme par hasard l’Elfe Tauriel  apparaît malgré le désaccord du Roi Thranduil de la Foret Noire.

A noter : les personnages de Légolas (interprété par Orlando Bloom) et de Tauriel (interprétée par Evangeline Lilly) n’apparaissent pas dans le roman Bilbo le Hobbit de Tolkien.

hobbit-desolation-of-smaug-legolas-tauriel-666 (1)

Tauriel et Légolas

2- Lorsque délaissé par les Nains, Bibon a failli perdre la clé (qui ouvre le passage de la montagne) par delà la falaise, Thorin et ses petits (mais costauds) acolytes refont apparition d’un coup, comme s’ils ne venaient pas de descendre la montagne quelques minutes auparavant …

Thorin

Thorin

En revenant aux têtes coupées, le film est pas mal emprunt de scène d’actions, mais il y a trop de scènes de combats sans intérêt. Je ne dis pas ça parce que je suis une fille et que c’est dégueulasse, la crasse, le sang, non pas du tout ! Mais il y a comme une sorte de répétition dans le film : les Nains et Bilbon sont piégés dans la merdouille totale et là comme par un miracle providentiel surgit une entité qui les sauve (Gandalf ou les Elfes) et là on a le droit à une bonne bataille qui s’éternise …

Et là limite, il y a un découpage de membres en direct devant nous et nous on est là à bailler " bon ça se fini quand ? "

Ensuite le film dure quand même 2H41 min, c’est vraiment long avec un scénario pas assez riche, en plus quand on sait qu’il y a pas mal d’ajouts par rapport au livre de Tolkien … Ceci  aurait pu être un bien meilleur film si ça avait été plus court (par exemple la scène avec Gandalf cherchant le passage dans la montagne n’a pas grand intérêt)

Réflexions personnelles

Ce film apporte quand même une belle réflexion, derrière ce cadre qui recèle de magie sont abordées la question du bien, du mal sous toutes ces facettes, de la mort, de l’amitié et du sacrifice.

Mais le bien n’existe pas,

Il n’y a que ce qui doit être fait pour la continuité des mondes

Gandalf le Gris

Gandalf le Gris

On ne peut pas vraiment parler de personnages symboliques du Bien, à part Gandalf qui repousse les maux avec sa lumière blanche et sa magie.

Et les Elfes dans l’histoire ?

Les Elfes sont des créatures anciennes, gracieuses, intelligentes et surtout impitoyables.

Thranduil - Roi des Elfes de la Forêt Noire

Thranduil – Roi des Elfes de la Forêt Noire

« Une centaines d’années est un battement de cils pour un elfe. » – Thranduil

 Le Roi des Elfes de la Forêt Noire n’hésite pas à condamner les entrées et les sorties sur ses Terres pour protéger son  peuple, même si son fils Légolas et son capitaine de garde Tauriel risquent de ne pas pouvoir revenir. Au final mis à part leur aspect physique éblouissant, leurs pouvoirs de guérison miraculeux et le rôle de sauveurs qu’ils représentent lors des batailles (rôle un peu trop caricatural à mon goût d’ailleurs) Ils sont plutôt neutres.

Et du côté des petites têtes ça donne quoi ?

(N.B.: si vous êtes un nain et que vous me lisez, ne le prenez pas mal : ) 

Thorin veut reprendre le trône de son père, pour cela il doit traverser un village qui se situe non loin de la montagne de Smaug,  dit la Cité du Lac, gouverné par un tyran et ses sous fifres :

 »  Je ne peux pas laisser la populace …car ensuite ils se réuniront, concerteront et commenceront à poser des questions »

Le discours de ce despote fait réfléchir sur la liberté des peuples. La société de divertissement dans laquelle nous vivons n’est elle pas une forme de distraction suffisante pour empêcher le peuple de réfléchir, d’observer les failles du pouvoir en place et de le remettre en cause ?

  « Le mal prend de l’ampleur » – Gandalf

Le mal revêt diverses formes dans le monde de Tolkien (l’Anneau de Gollum, Sauron le Nécromancien, les Orc, Smaug) Ceci peut parfois déstabiliser le spectateur dans le sens où ce mal n’est pas forcément visible mais sous-jasent : il ne peut être pointé du doigt mais imprègne chaque sphère.

Gollum

Gollum mon ami LOL

Par contre, toute la symbolique avec l’Anneau n’est pas très présente dans le film, c’est un peu dommage (non pas que Gollum m’ait manqué au contraire : ) 

Cela pose la question du manichéisme : rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, mais plutôt teinté de gris (d’où Gandalf le Gris) L’Homme doit trouver un juste milieu à tout ce qu’il observe dans ce monde, sans se précipiter dans des jugements hâtifs trop optimistes ou défaitistes car :

 » Le monde connaîtra apogée et déclin » – Gandalf

La scène avec Smaug le montre bien, le Dragon dans toute sa grandeur se sens quand même flatté en son égo par Bilbon. Il protège son trésor coûte que coûte, quitte à détruire : en guerre la fin justifie t-elle forcément les moyens ?

Smaug

Smaug le Magnifique

Cette scène est très bien réalisée d’un point de vue cinématographique avec des voix, des plans et  des décors époustouflants, même si j’ai été un peu déçue par le dialogue :

1- Le grand méchant Smaug n’a pas de réelle profondeur, il se défend ou menace, mais de la part de  » l’incarnation du mal «  comme le surnomme le réalisateur, ça manque un peu de philosophie.

2- Bilbon se cache, flatte et répète plus de 2 fois  » En vérité … » Après ces termes je me dis  » chouette, il va enfin dire quelque chose de profond ! » Et là « En vérité, magnificence … blablabla … » LOL

3- Quelque chose m’intrigue dans la conception de Smaug : quand il crache du feu, on voit déjà son abdomen qui flamboie, est-ce normal ? Je veux dire par-là pour les spécialistes des Dragons : le feu sous forme de flammes se forme déjà dans le corps du Dragon ou n’est ce pas plutôt au contact de l’air ambiant qu’il devient flammes ?

4- Une scène avec Smaug qui dure un peu trop longtemps aussi même si elle n’empêche pas avec tout cet or de réfléchir sur l’avarice, le poids de l’argent, l’amas des richesses qui est vain s’il tend à l’aliénation.

La Désolation de Smaug ? 

En parlant toujours du fameux Dragon, revenons un peu au titre : la Désolation de Smaug fait référence aux saccages qui ont détruit  la Cité de Dale qui précède la montagne devenue son antre, sa protection pour son butin volé aux Nains, mais aussi sa  » Désolation. »

images (5)

En tant que représentant du mal, on peut comprendre le titre comme une éloge envers Smaug et non pas comme un ravage regretté.

« La mort te fascines ? Alors rejoint là ! » – Tauriel

Le thème de la mort est aussi traité, cette phrase fut prononcée par Tauriel envers un Orc qui a manqué de respect à Kili, neveu de Thorin et pour lequel Tauriel éprouve des sentiments, en lui plantant une flèche empoisonnée. Ceci rappelle le sens du sacrifice. L’Homme a toujours un choix à faire, il peut prendre des risques en s’assurant un échec possible (allant même jusqu’à se solder par une mort imminente) ou alors assurer ses arrières et ne pas aller à la quête de ce qu’il a de plus cher : sa vie.

Gandalf soutient d’ailleurs nos propos :

 » – Il nous aidera, ou nous tuera.

  – Quel choix avons-nous ?

  – Aucun. »

Parallèlement à cela il faut avoir le courage de reconnaître vos faiblesses car en certaines occasions …

Légolas

Légolas

 » Fuyez pour rester en vie « 

Non pas comme un certain Bilbon qui par loyauté va effectuer une quête sans vraiment en connaitre l’enjeu final.

« Euh en fait mon ami tu dois aller dénicher un Arkenstone qui se situe dans l’antre d’un Dragon calamiteux et nous Peuple des Nains, nous excusons d’avance si tu n’en ressort pas vivant.  » LOL

Bonus : Très belles musiques, des paysages époustouflants et belles rares citations qui font réfléchir sur le monde qui nous entoure.

Malus : Intrigue décousue et film très long. Une impression que le commercial prime-sur le sens de l’oeuvre, 3 films pour 1 livre c’est exagéré !

Reprendre les ingrédients d’un bon gâteau sans le dosage nécessaire n’est pas forcément un Succès. Même si les 2OO millions de Dollars de recette du film démentirons surement mes propos. Merci à toutes les personnes qui ont eu le courage de lire jusqu’à la fin !

Ameth

Publicités

12 réflexions sur “Le Hobbit 2 : La Désolation De Smaug – Analyse Du Film

  1. superbe travail de décortication même si je ne partage pas tes critiques. et si l’auteur du livre (et non le realisateur du film) voulait faire passer un autre message? il était une fois…
    … un petit lapin gentil lapin il ne fait de mal à personne, le méchant loup est toujours un méchant une scène finale qui montre que le lapin a bien fini par manger le loup!!!!

    ton travail est remarquable car très chronophage.
    merci beaucoup… 多谢 duō xiè

    • Merci pour ces compliments qui me font très plaisir cher Oncle !
      Je suis d’accord pour partager ta version plus manichéenne, si l’on veut,
      Mais la fin, même si les gentils gagneront sans doute, je crains que le ventre d’un lapin ne soit trop petit
      pour contenir un loup : P

      En effet ça m’a pris pas mal de temps, mais c’est les vacances donc j’en profite avant de reprendre avec le chonois : )

      不客气 ! (Bu ke qi : de rien, il n’ y a pas de quoi : )

      Merci d’avoir pris le temps de lire et de commenter (montre le à R. si ça l’intéresse …)

      Bonne journée !

  2. Bonjour ;
    Je ne suis pas d’accord avec tout mais j’aime bien lire le ressenti des gens et j’estime les gens qui se donnent la peine de faire un commentaire structuré et réfléchi !..
    Puis-je toutefois apporter quelques petites précisions ? Kili et Fili sont frères et sont les neveux de Thorin (dans le film, ces liens sont explicités au moment où Thorin interdit à Kili, blessé, de les accompagner à la montagne :
    Fili : « Mon oncle… / ma place est auprès de mon frère »
    La phrase « 100 ans sont un battement de cils pour un elfe » est de Thranduil et non de Légolas.

    La cité du lac (dite Esgaroth ou Lacville) n’a jamais -jusqu’à maintenant- été détruite par le dragon. Celle qui fut détruite est Dale, dont les nains voient les ruines en arrivant à la montagne. Une ville de pierre qui était construite à la porte même d’Erebor.

    Très bonne année 2014.

    • Merci pour toutes ces remarques !
      Je prend en compte et ferais les modifications nécessaires dans l’article
      ça fait plaisir d’avoir des critiques constructives comme ça : bien sûr quand je donne mon avis dans mes articles, c’est plus pour susciter le débat et la réflexion qu’autre chose, je ne m’attend pas a ce que mes lecteurs potentiels soient d’accord avec moi, sinon il n’ y a pas de réel intérêt !

      A noter : je ne suis pas une spécialiste de Tolkien pour n’avoir pas pris le temps de lire les livres, d’où mes petites bévues avec les citations et les noms des lieux …

      Je te souhaite une très belle année 2014 également !

  3. LA désolation de Smaug ne m’a pas époustouflé, et pourtant je suis une inconditionnelle….. Je suis d’accord avec toi, 3 volets c’est trop.
    Cet épisode manquait de ce qui, jusqu’à présent a fais le succès du seigneur des anneaux et même du 1er épisode du Hobbit… De l’authenticité. Je trouvais celui-ci bizarrement « très » super-production américaine avec des références plus que douteuses. Mais j’ai quand même aimé ;-D et j’irais surement voir le dernier volet…

    • Exactement, il manque « le truc » qui fait que le film soit magique, ils ont mis tous les ingrédients propices pour faire le buzz avec les « must-have » lol mais ça marche pas, il manque de la passion dans le travail je pense, cette petite touche qui change tout …
      Moi j’ai eu ma dose pour le hobbit, j’irais peut être voir les 2 autres films mais ce sera juste pour accompagner mes frangins lol

      Ravie que mes articles suscitent ton intérêt !
      En espérant que d’autres te plairont sur le blog !

      Ameth

  4. Pingback: I see fire – Ed Sheeran – Poésie Musicale | Plume d'Ameth - Lectures philoloufoques

  5. Pingback: « I saw the light fade from the sky, On the wind I heard a sigh  – Last Goodbye Hobbit Music | «Plume d'Ameth - Lectures philoloufoques

  6. Pingback: Pourquoi Il Ne Faut PAS Lire Game Of Thrones – Humour | Plume d'Ameth - Lectures philoloufoques

  7. Pingback: Oseras-tu vivre l’aventure de ta vie ? – Breathe Of Life – Réflexion Musicale | Plume d'Ameth

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s