Le Vampire Au Fil Des Siècles – Novembre 2012


Les propos qui suivent sont issus d’une de mes prises de notes lors d’une conférence ayant eu lieu en Novembre 2012 dans le cadre du Salon du vampire sur la Littérature Vampirique (et oui cela existe!)

http://www.buzz-litteraire.com/post/2009/05/13/1374-interview-d-adrien-party-fondateur-du-blog-vampirisme

M. Adrien Party

(webmaster et créateur du site http://www.vampirisme.com/)

Le but est de mieux comprendre l’évolution du personnage du vampire.

Aux prémices des ténèbres..

Il est important de savoir que le concept du vampire est ancien. Dès l’Antiquité on parlait de lamias en mythologie. Le vampire est, avant de savoir ce que nous en savons aujourd’hui, avant tout une source de maux et qui prend non pas encore le sang mais plutôt la vitalité des Hommes. Ensuite, de nombreux mythes ont gorgé les cultures et le folklore à travers le monde mais le personnage vampirique n’était pas réellement connu en tant que tel.

La goutte de sang qui fait déborder le vase ..

Le déclenchement du phénomène vampirique peut être décrit comme ayant débuté lors du 12ème siècle. En effet, les Balkans soumis à de violentes tensions avec les régions voisines, firent immerger de nombreux récits. Par exemple, on relate des cadavres de morts mordillant leur linceul. Le cadre culturel et social ainsi que le retard de la médecine laissaient un terrain propice à une imagination et à un folklore fertile.

Ainsi, l’une des premières appellations du vampire était « le mort qui mâche ». De nombreux cas de morts semblables furent détectés. Cf Livre De La Mastication des morts dans leurs tombeaux – De Masticatione Mortuorum in Tumulis – de Ranft Michael, 1728

On pense aujourd’hui que cette « mastication » étrange était due à des enterrements prématurés. Après une période de crise, le caractère vampirique fut passé sous silence, tapis dans l’ombre, prêt à l’assaut ..

L’âge de rubis

C’est ensuite vers le 18ème siècle que Voltaire écrit un article dans son Dictionnaire philosophique, concernant les vampires. Il fait d’ailleurs référence au fait que les riches, les nobles « pompent » l’argent des plus démunis. C’est à partir de ce moment là, que le vampire, le bête, est rehaussée à un aspect plus noble, plus aristocrate. On peut dès lors évoquer un vampire psychique (cf roman de Viereck, La Maison du Vampire- XX siècle), qui se nourrit de la vie des Hommes, de leur richesses matérielles ou spirituelles.

Personnage de Louis, incarné par Brad Pitt, film réalisé par Neil Jordan, Warner Bros, 1994

Personnage de Louis, incarné par Brad Pitt, film réalisé par Neil Jordan, Warner Bros, 1994

Dracula sort ses crocs !

Par la suite, de nombreux récits florissent (romans gothiques) sur le sujet en présentant le vampire comme un être solitaire, ténébreux et manipulateur. Il est important de relever que jusqu’à lors ce personnage ne parlait pas, ce qui le condamne à être l’Autre, celui dont on parle mais qui est réduit au silence : c’est l’objet de toutes nos frayeurs inavouées et inavouables. On peut établir un parallèle historique avec la montée de nombreux racismes, peut être que ce personnage reclus est le symbole d‘une angoisse  : celle de l’InconnuLe tournant de l’histoire se fit en 1897, avec le chef d’œuvre de l’écrivain irlandais Bram Stocker, Dracula.  

dracula

L’auteur s’inspire d’un récit historique de Basarab Vlad III Tepes, empereur de Valachie au XVsiècle surnommé :

– « Vlad l’Empaleur »

– « Draculea » qui signifie « Petit dragon »

–  » Nosferatus  » qui veut dire « damné » en roumain issu de «  Nesuferitu »

Ce fut à partir de ce moment, que l’on peut réellement évoquer le personnage du vampire en tant que tel. Il est aussi pertinent de souligner que Bram Stocker n’a pas connu (contrairement à ce qu’on pourrait penser) de succès immédiat. Ce fut même l’inverse, son succès le rejoindra bien après sa mort , fut-il vampire, il doit déjà être au courant…

Les Vamp en action !

Ensuite, après de nombreuses mutations de la société suite à la révolution industrielle qui bouleversa le système, l’apparition d’un mouvement féminin vit le jour (ou la nuit) : les Vamp. De nombreux auteurs se sont essayées au genre vampirique et ont eu du succès (cf Anne Rice !)

anne rice

Mais le concept Vamp fait plutôt référence au personnage féminin du vampire : c’est la femme forte, la séductrice ténébreuse et manipulatrice, la femme Fatale par excellence.Cette idée donna lieu à de nombreux dérivés : groupes de rock, styles vestimentaire et films.

En évoquant le cinéma, il est judicieux de rappeler que le personnage de Dracula ne commencera à parler qu’à partir de la deuxième ou la troisième adaptation cinématographique. (ses crocs seront enfin dévoilés…) Par ailleurs, le vampire évolue : de rural il devient urbain et essaye de cohabiter avec les humains. L’une des premières séries à mettre en scène ce nouvel aspect du personnage est Buffy contre les vampires.

 Silence morbide ..

Après toute cette effervescence, on assiste à un long silence de mort ! (et c’est le cas de le dire : ) Il faut croire que l’espèce Nosferatus ne se manifeste qu’en période de crise pour pomper notre mauvaise humeur… 

cf Les inconnus – Rap Tout 

Tendance actuelle :  Vampires humanisés ?

Après le vampire-bête, le vampire noble, les Vamp, on voit apparaître comme par magie un nouveau genre dont l’œuvre décisive fut bien sûr : Twilight/La saga du désir interdit de Stephenie Meyer (2005).

Et là Paf! On sort du ténébreux reclus, du buveur de sang assoiffé, de l’incarnation du Mal. Le personnage vampirique n’est plus perçu de façon manichéenne. Il peut en effet, éprouver des sentiments, être un  » Bad Guy » et même aimer ! L’une des critiques que l’on peut émettre est une sorte de dénaturation du personnage, le caractère de la bête est effacé au profit du Don Juan paranormal et inaccessible.

twilight

Bit-Lit et marketing : attention le public veut du sang frais !

 C’est ainsi que les éditeurs, suite au succès infernal de la Saga du désir Interdit ont récemment répertorié un nouveau genre, un terme typiquement français dît « Bit-lit » (Éditions Bragelonne)  Ce terme voudrait faire référence à la littérature de « morsure » (en anglais « mordre » et « lit » pour littérature)

Ce nouveau genre amadoue encore le vampire classique et met en scène souvent une romance impossible entre vampires et humains. Mais lectrices charmées, restez vigilantes et ne prenez pas n’importe quel livre classé dans le rayon « Bit-lit » comme tel. Ne nous faisons pas avoir ! 

Liste de romans Bit-lit chez Bragelonne

 http://www.bragelonne.fr/livres/ViewGenres/bit-lit

Attention aussi à bien comprendre que le personnage du vampire peut-être revisité, à l’instar du roman Je suis une légende de Richard Burton Matheson (1954) dont les personnages mutants et cadavériques sont des vampires. (une pensée à Rose qui m’avait conseillée ce film^^ et à S.B. pour la correction : )

 

vamp

Et voilà, un petit aperçu sur le personnage vampirique, en espérant vous avoir éclairé… (mais pas trop quand même : )

«  Eh mais attendez ! » (Mme Dupont)

  • «  Oui Madame ? »
  • «  Vous nous parlez des vampires, c’est bien beau tout ça mais j’ai une question moi ! » (Mme Dupont)

  • «  Je vous en prie, allez-y  »
  • «  Pourquoi les vampires nous fascinent-ils ? » (Mme Dupont)
  • «  Ah excellente question ! Alors, le vampire nous fascine par sa prestance, son charisme; c’est aussi le symbole de l’Inconnu, de celui qui se cache, de l’Autre; par ailleurs, il incarne le Mal, la femme fatale, le désir interdit et le danger. Il est également l’Immortel, (et non éternel, deux termes à différencier, merci notre prof de philo^^) celui qui a su vaincre le Temps, mais paradoxalement, celui donc qui transcende toute  morale car il n’a pas besoin du Paradis : il est damné éternellement; Enfin, de par ses pouvoirs qui font qu’il est condamné à sa solitude, qu’il ne sera jamais accepté pour ce qu’il est. Il est la Mort, le Temps, l’Angoisse et la Peur terrible qui nous hante jusqu’aux tréfonds de nos âmes .. »

Bien à vous,

Surveillez vos arrières,

La nuit approche…

Radjaa

Publicités

3 réflexions sur “Le Vampire Au Fil Des Siècles – Novembre 2012

  1. Pingback: Les Intergalactiques – Festival S.F. de Lyon – 26 Octobre 2014 | Plume d'Ameth - Lectures philoloufoques

Une idée en tête ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s